voir le site
Profitez du Tour de France pour poster sur ce forum consacré au cyclisme vos remarques ou vos questions aux journalistes de France télévisions qui commentent en direct cette épreuve mythique. Certaines de vos questions auront des réponses à l'antenne pendant la durée du Tour, du 2 au 24 juillet. Bien sûr, ce forum est là aussi pour vous permettre de dialoguer entre passionnés de la petite reine et de partager vos analyses, vos émotions, vos enthousiasmes ou vos déceptions.



  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
   FORUM Sport » Cyclisme »

LIEGE-BASTOGNE-LIEGE

 

29 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Précédente
Auteur Sujet :

LIEGE-BASTOGNE-LIEGE

n°627973
Pat Le Ret​our
Posté le 15-04-2012 à 21:47:18  profil
 

hello:{}

n°627974
Pat Le Ret​our
Posté le 15-04-2012 à 21:49:43  profil
 

hello:{}

Conards s'abstenir..........

Palmarès
Plus titré(s)  Eddy Merckx (5 victoires)  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}
 
Liège-Bastogne-Liège, créée en 1892 par le Pesant Club Liégeois et le Liege Cyclist Union, est la plus ancienne des courses cyclistes encore disputées, ce qui lui vaut le nom de « Doyenne ». Son parcours accidenté de 260 km en fait l'une des classiques les plus exigeantes et les plus prestigieuses[1]. La course devait à l'origine être le prélude à une course de plus grande importance, Liège-Paris-Liège. Il n'en fut rien.

Cette classique, autrefois inscrite au calendrier de la Coupe du monde, fait désormais partie de l'UCI World Tour.

Eddy Merckx détient le record de victoires (cinq), obtenues entre 1969 et 1975.

Bastogne est une ville située à 90 km au sud de Liège, à proximité de la frontière luxembourgeoise. L'itinéraire de la course traverse donc le massif de l'Ardenne dans lequel l'Ourthe et ses affluents ont creusé de profondes vallé
 

n°627975
Pat Le Ret​our
Posté le 15-04-2012 à 21:53:30  profil
 

hello:{}

LIEGE-BASTOGNE-LIEGE (Bel)

  VAINQUEUR 2ème 3ème
1894 Léon HOUA (Bel) RASQUINET NULLENS
1912 Omer VERSCHOORE (Bel) J.COOMANS A.BLAISE
1919 Léon DEVOS (Bel) H.HANLET A.CLAERHOUT
1920 Léon SCIEUR (Bel) L.BUYSSE J.COOMANS
1921 Louis MOTTIAT (Bel) M.LACOUR J.ROSSIUS
1922 Louis MOTTIAT (Bel) A.JORDENS L.SERET
1923 René VERMANDEL (Bel) J.ROSSIUS F.SELLIER
1924 René VERMANDEL (Bel) A.BENOIT J.MATTON
1930 Herman BUSE (Bel) G.LALOUP F.GARDIER
1931 Alfons SCHEPERS (Bel) M.HOUYOUX J.DESCHEPPER
1932 Marcel HOUYOUX (Bel) L.ROOSEMONT G.LAMBRECHTS
1933 François GARDIER (Bel) R.DEWOLF A.BOLLY
1934 Théo HERCKENRATH (Bel) M.CARDINAELS J.MOERENHOUT
1935 Alfons SCHEPERS (Bel) F.BONDUEL L.HARDIQUEST
1936 Albert BECKAERT (Bel) G.LEVAE K.HOREMANS
1937 Eloi MEULENBERG (Bel) G.DELOOR J.HEIMAERT
1938 Alfons DELOOR (Bel) M.KINT F.VERVAECKE
1939 Albert RITSERVELDT (Bel) C.VAN OVERBERGHE  E.VISSERS
1943 Richard DEPOORTER (Bel) J.DIDDEN S.OCKERS
1945 Jean ENGELS (Bel) E.VAN DICJK  J.MOERENHOUT
1946 Prosper DEPREDOMME (Bel) A.HENDRICKX T.VERSTRAETEN
1947 Richard DEPOORTER (Bel) R.IMPANIS F.MATHIEU
1948 Maurice MOLLIN (Bel) R.IMPANIS L.CAPUT
1949 Camille DANGUILLAUME (Fra) A.VERSCHUEREN R.GYSELINCK
1950 Prosper DEPREDOMME (Bel) J.BOGAERTS E.VAN DIJCK  
1951 Ferdi KÜBLER (Sui) G.DERIJCKE W.WAGTMANS
1952 Ferdi KÜBLER (Sui) H.VAN KERCKHOVE  J.ROBIC
1953 Aloïs DEN HERTOG (Bel) M.DIOT R.REMY
1954 Marcel ERNZER (Lux) R.IMPANIS F.KÜBLER
1955 Stan OCKERS (Bel) R.IMPANIS J.BRANCKAERT
1956 Fred DE BRUYNE (Bel) R.VAN GENECHTEN  A.CLOSE
1957 F.SCHOUBBEN (Bel) & G.DERIJCKE (Bel) - M.BUYSSE
1958 Fred DE BRUYNE (Bel) J.ZAGERS J.THEUNS
1959 Fred DE BRUYNE (Bel) F.SCHOUBBEN F.DE MULDER  
1960 A.GELDERMANS (Hol) P.EVERAERT Jo.PLANCKAERT
1961 Rik VAN LOOY (Bel) M.ROHRBACH A.DESMET
1962 Jos PLANCKAERT (Bel) R.WOLFSHOHL C.COLETTE
1963 Frans MELCKENBEECK (Bel) P.CERAMI V.ADORNI
1964 Willy BOCKLANT (Bel) G.VANCONINGSLOO V.ADORNI
1965 Carmine PREZIOSI (Ita) V.ADORNI M.VANDENBOSCHE
1966 Jacques ANQUETIL (Fra) V.VAN SCHIL  W.IN'T VEN  
1967 Walter GODEFROOT (Bel) E.MERCKX W.MONTY
1968 Valere VAN SWEEFELT (Bel) W.GODEFROOT R.POULIDOR
1969 jap:{}  Eddy MERCKX (Bel) V.VAN SCHIL  B.HOBAN
1970 Roger DE VLAEMINCK (Bel) F.VERBEECK E.MERCKX
1971 jap:{}  Eddy MERCKX (Bel) G.PINTENS F.VERBEECK
1972  jap:{} Eddy MERCKX (Bel) W.SCHEPERS H.VANSPRINGEL
1973 jap:{}  Eddy MERCKX (Bel) F.VERBEECK W.GODEFROOT
1974 Georges PINTENS (Bel) Wa.PLANCKAERT -
1975  jap:{} Eddy MERCKX (Bel) B.THEVENET W.GODEFROOT
1976 Joseph BRUYERE (Bel) F.MAERTENS F.VERBEECK
1977 Bernard HINAULT (Fra) A.DIERICKX D.THURAU
1978 Joseph BRUYERE (Bel) D.THURAU F.MOSER
1979 Dietrich THURAU (All) B.HINAULT D.WILLEMS
1980 Bernard HINAULT (Fra) H.KUIPER R.CLAES
1981 Jozef FUCHS (Sui) S.MUTTER -
1982 Sylvano CONTINI (Ita) F.DE WOLF  S.MUTTER
1983 Steven ROOKS (Hol) G.SARONNI P.ANDERSON
1984 Sean KELLY (Irl) P.ANDERSON G.LEMOND
1985 Moreno ARGENTIN (Ita) C.CRIQUELION S.ROCHE
1986 Moreno ARGENTIN (Ita) A.VAN DER POEL D.E.PEDERSEN
1987 Moreno ARGENTIN (Ita) S.ROCHE C.CRIQUELION
1988 Adrie VAN DER POEL (Hol) M.DERNIES R.MILLAR
1989 Sean KELLY (Irl) F.PHILIPPOT P.ANDERSON
1990 Erik VAN LANCKER (Bel) J.C.LECLERCQ S.ROOKS
1991 Moreno ARGENTIN (Ita) C.CRIQUELION R.SÖRENSEN
1992 Dirk DE WOLF (Bel) S.ROOKS J.F.BERNARD
1993 Rolf SÖRENSEN (Dk) T.ROMINGER M.FONDRIEST
1994 Evgeni BERZIN (Rus) L.ARMSTRONG G.FURLAN
1995 Mauro GIANETTI (Sui) G.BUGNO M.BARTOLI
1996 Pascal RICHARD (Sui) L.ARMSTRONG M.GIANETTI
1997 Michele BARTOLI (Ita) L.JALABERT G.COLOMBO
1998 Michele BARTOLI (Ita) L.JALABERT R.MASSI
1999 Franck VANDENBROUCKE (Bel) M.BOOGERD M.DEN BAKKER  
2000 Paolo BETTINI (Ita) D.ETXEBARRIA D.REBELLIN
2001 Oscar CAMENZIND (Sui) D.REBELLIN D.ETXEBARRIA
2002 Paolo BETTINI (Ita) S.GARZELLI I.BASSO
2003 Tyler HAMILTON (Usa) I.MAYO M.BOOGERD
2004 Davide REBELLIN (Ita) M.BOOGERD A.VINOKOUROV
2005 Alexandre VINOKOUROV (Kaz) J.VOIGT M.BOOGERD
2006 Alejandro VALVERDE (Esp) P.BETTINI D.CUNEGO
2007 Danilo DI LUCA (Ita) A.VALVERDE F.SCHLECK
2008 Alejandro VALVERDE (Esp) D.REBELLIN F.SCHLECK
2009 Andy SCHLECK (Lux) J.RODRIGUEZ D.REBELLIN
2010 Alexandre VINOKOUROV (Kaz) A.KOLOBNEV P.GILBERT
2011 Philippe GILBERT (Bel) F.SCHLECK A.SCHLECK

n°627976
Pat Le Ret​our
Posté le 15-04-2012 à 22:05:20  profil
 

hello:{}

Le 20 avril 1980, lorsque je me réveille, je n'en crois pas mes yeux. Il neige comme en plein hiver. La route qui conduit de Salm-Château à Stavelot, en passant par le contrôle de ravitaillement de Vielsalm, la côte de Wanne et la côte de Stockeu est déjà recouverte d'une dizaine de centimètres de neige. Pour monter Wanne, ce matin du 20 avril, les voitures s'équipent de pneus neige.

À la radio, on annonce que la Doyenne vient de quitter Liège sous des averses de neige et par un froid glacial. Après 70 kilomètres de course, Luc Varenne annonce qu'il ne reste plus que soixante rescapés. À 140 km de l'arrivée, sur le plateau de Bastogne, balayé par le blizzard, la route de la Doyenne est enneigée et les concurrents abandonnent par dizaines. Et pendant ce temps, la neige continue à s'accumuler sur les sommets de Wanne, Stockeu et Haute-Levée. Ce matin-là, bien peu de gens pensent que la course arrivera jusqu'au contrôle de ravitaillement de Vielsalm, situé à moins de six kilomètres du pied de la côte de Wanne.

Peu avant midi, la neige cesse enfin de tomber. L'atmosphère se réchauffe. La neige commence à fondre. L'espoir reprend. La Doyenne ne sera peut-être pas annulée faute de concurrents.

En début d'après-midi, les routes, gorgées de neige fondante, redeviennent presque praticables. La course a un énorme retard sur l'horaire le moins rapide. À Stavelot, vers 2 ou 3 heures de l'après-midi, sous des averses de neige fondante et de pluie, moins de trente rescapés de la bataille des Ardennes , se présentent au pied du monstre de Stockeu.

Le premier à surgir est Rudy Pevenage. Au pied de Stockeu, à 80 km de l'arrivée, il possède 2'15" d'avance sur ce qui reste d'un peloton à l'agonie. Dans le raidillon à 21 %, il zigzague et passe en tête. Derrière, Bernard Hinault (Renault-Gitane), le visage couvert par un bonnet de laine rouge passe ensuite devant moi, entraînant dans sa roue Henk Lubberding (Ti-Raleigh), Silvano Contini (Bianchi), Didi Thurau (Puch-Campagnolo-Sem) et un autre équipier de Lubberding, que je ne parviens pas à identifier.

Un peu plus loin, un drame se joue. Hennie Kuiper glisse sur le sol mouillé et accroche un autre concurrent. Il chute, se relève et passe à pied le raidillon. Il doit avoir perdu près d'une minute sur cet incident. Peut-être rate-t-il là l'occasion de s'accrocher aux basques d'Hinault. Il terminera deuxième à Liège (à 9'24" de Bernard Hinault), bien devant Contini (12ème à 12'35" ) et Lubberding (13ème à 16'03" ), deux coureurs qui pourtant vont passer bien avant lui au sommet de Stockeu.

En effet, quelques centaines de mètres plus haut, au sommet de Stockeu, alors que l'avance de Pevenage continue à fondre comme neige au soleil, Hinault, Lubberding et Contini basculent ensemble, ayant distancé Thurau de quelques dizaines de mètres. Dans la descente très rapide vers Stavelot, Thurau parvient encore à revenir sur Hinault, Lubberding et Contini. Mais, le pied de la Haute-Levée se présente déjà et ne permet aucune récupération. Au pied de cette difficulté, Pevenage ne compte plus que 30" d'avance sur le quatuor. Les premières centaines de mètres de la Haute-Levée lui sont fatales. Pevenage est aussitôt repris et ne terminera pas l'épreuve. Alors, sans vraiment démarrer, Bernard Hinault décroche un à un ses trois compagnons pour remporter en solitaire un des plus beaux Liège-Bastogne-Liège.

n°627977
freelhassa​38
Posté le 15-04-2012 à 22:10:30  profil
 

Puisque le givré persiste à troller l'actu !!  :D


freelhassa38 a écrit :


 hello:{}

Joe nous avait réjoui sur FCC (au temps où le forum n'était pas encore en coma dépassé) avec les débuts de Patbill, alias cycliste 91, notre casque à pointe, bien avant qu'il ne soit obsédé par l'annexion de la colonne de droite sur FCC puis sur FCL. A faire lire à un dépressif pour lui remonter le moral.  lol:{}  lol:{}


 sol:{}

Dunlop 72 ... Participation de Pat Débile. Patrick, c'est son prénom, Débile c'est son surnom parmi d'autres. Faut dire qu'il s'est déjà taillé une superbe réputation dans les pelotons de jeunes grâce à sa verve et au fait qu'il a l'habitude de chambrer ses concurrents avec des plaisanteries montées en boucle. Par exemple au départ des courses, il fanfaronne en disant : « Ce trophée, je le fais mien ! ». Ce à quoi répondent les autres en disant, moqueur et lucides : « C'est ça, c'est ça, il le fait sien ! ». Sérieux le garçon, mais un peu « obtus ». A partir du moment où il arrive sur une course (en définitive « des pissotières de 3 et 4° ») il interdit à quiconque de parler d'autre chose que de vélo en clamant « hors sujet, hors sujet ! ». Bref, un emmerdeur de première. Ainsi, vu sa faible vitesse à vélo et son physique ingrat (nous y reviendrons) il a été surnommé le « Trawlay » ou aussi « Trop laid », d'où son diminutif de « Troll ».

---------------------------

Un autre jeune est présent parmi les participants âgés de 17 ans. Il se nomme Bernard Hinault. Pat  vient juste d'enlever le deuxième stabilisateur de son vélo. Il avait d'abord démonté celui du côté  droit pour apprendre à tomber sur son côté droit, celui du fossé. Il est plein de bonne volonté. Sa maman a rempli les poches de son maillot (un maillot du Bayern de Munich sur lequel des poches on été rapportées) de bonnes choses y compris des pruneaux et lui a préparé un bidon composé de riz, de jus d'orange, et d'une pincée de bicarbonate. Dans la poche du cuissard, bien apparente pour impressionner les autres coureurs, il emporte une topette, comme les pros dit-il. Dans ce petit bidon, du Porto et un jaune d'œuf. Parait que c'est excellent pour le sprint ..
Sa petite amie (nous tairons son prénom car elle interdit depuis qu'on l'associe à celui de Pat) est là. Elle connait peu au cyclisme et voyant son preux chevalier porteur d'un dossard elle est convaincue qu'il est passé professionnel.
Il est fringant, prêt à en découdre. Faut dire que c'est un teigneux. On dit de lui « petit mais costaud ». Il faut dire aussi que déjà son physique ne l'avantage pas. Court sur pattes, le buste très long il a fallu lui confectionner un vélo sur mesures loin des standards habituels et du cadre dit « au carré ». Son cadre ? 48 de haut et 60 de long avec une potence de 12. Une jambe plus courte que l'autre ? Le problème a été résolu. A droite une manivelle de 16,5 à gauche une manivelle de 18. Il est malin le Pat. Il a reconnu le parcours et il a constaté qu'il y avait plus de virages à droite que de virages à gauche. Donc, il va faire de son handicap un avantage et il pourra pédaler dans les virages.

------------------------------ -

Et c'est l'heure tant attendue du départ de ce Dunlop 72. Pat, bien que cet accessoire ne soit pas obligatoire, porte un casque. Et Pat a déjà des idées bien arrêtée politiquement parlant. Et ses idées, il les affiche clairement au moyen de ce casque qu'il tient de son père « surveillant » volontaire en Allemagne pendant la deuxième guerre mondiale. Car ce casque est un « casque lourd » cadeau d'un soldat « SS » compagnon de mirador de « Papat ». Alors, oui, Pat l'arbore fièrement encouragé par sa maman à l'abondante chevelure bouclée (la tonsure de la Libération a fait le plus grand bien à son système pileux).

Sur la ligne de départ, Pat se dés-haltères (il a fait un peu de muscu.). Pour mélanger le contenu de son bidon, il agite ce dernier. Las ! Sa maman a confondu les dosages dans le bidon et au lieu de la pincée de bicarbonate, elle a mis une cuillerée à soupe composant ainsi un mélange détonnant. Le « buchon » (Pat est fan de Johnny) est éjecté, le liquide jaillit, monte ... puis redescend, aspergeant l'ensemble du peloton. Et c'est sous les huées de ses concurrents que Pat prend le départ.

---------------------

Oh, sa course ne sera pas longue à raconter. Quelques participants du premier rang ont déjà serré les cales-pieds et une main sur les barrières démarrent en trombe. Pat met le nez dans le guidon. 5 kilomètres on été parcourus. Et là, hélas, il entend un coureur qui crie : « Ça part au sprint ! ». Pat a déjà perdu de sa (faible) lucidité.
Le mot « sprint » éveille quelque chose chez lui ! Sprint ? Sprint ? Oui ! Ça y est « sprint = ... topette ». Pat cherche fébrilement dans la poche de son cuissard et y trouve le contenant de la potion magique ! Ah, on va voir ce qu'on va voir ! Tel Astérix, il avale goulument le contenu de la fiole. L'effet est immédiat ! Gonflé à bloc le Pat ! Il remonte le peloton, se positionne en tête et tire un bout droit ! Mais, distrait, il a utilisé le pruneau en guise de suppositoire et ce fruit produit un effet désastreux sur ses fonctions intestinales et c'est perturbant ! En plus, hélas, trois fois hélas, en principe, une ligne droit se termine par un virage. Et ce virage, vous l'aurez compris est un virage ... à gauche. Et virer à gauche est contraire aux idée de Pat !  Faut-il rappeler que sa manivelle gauche est d'une longueur inhabituelle ? Et ce qui devait arriver ... arrive ! La pédale touche le sol suivie immédiatement par le virevoltant Pat ! Le casque ? Bien que Pat ait déjà la grosse tête, ce casque est bien trop grand mais il est surtout totalement inadapté. Pat git au sol, sonné. Il pleure, geint, se lamente. Le peloton s'éloigne. Dans un éclair de lucidité Pat trouve le parti qu'il peut tirer de la situation. Ce Dunlop sera son moment de gloire ! Il en fera sa légende, son fond de commerce ! Qui plus est, l'avenir lui fera une fleur (celle des bouquets qu'il n'a pas eus). Oui, le vainqueur de ce Dunlop aura pour nom Bernard Hinault et ceci ne fera qu'ajouter à la « gloire » de Pat qui ayant, un jour, concurrencé le Blaireau, pourra devenir SON adversaire à vie.

Voilà rapidement tracé ce qui a fait la « légende de Pat ». Bien évidemment sa chute a laissé des séquelles et nous en sommes les témoins. Peut être, un jour, les progrès de la médecine aidant, verrons nous une amélioration de son état ? Espérons !







sol:{}  sol:{}  sol:{}


n°627980
Pat Le Ret​our
Posté le 15-04-2012 à 22:13:27  profil
 

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}

Le 20 avril 1980, lorsque je me réveille, je n'en crois pas mes yeux. Il neige comme en plein hiver. La route qui conduit de Salm-Château à Stavelot, en passant par le contrôle de ravitaillement de Vielsalm, la côte de Wanne et la côte de Stockeu est déjà recouverte d'une dizaine de centimètres de neige. Pour monter Wanne, ce matin du 20 avril, les voitures s'équipent de pneus neige.

À la radio, on annonce que la Doyenne vient de quitter Liège sous des averses de neige et par un froid glacial. Après 70 kilomètres de course, Luc Varenne annonce qu'il ne reste plus que soixante rescapés. À 140 km de l'arrivée, sur le plateau de Bastogne, balayé par le blizzard, la route de la Doyenne est enneigée et les concurrents abandonnent par dizaines. Et pendant ce temps, la neige continue à s'accumuler sur les sommets de Wanne, Stockeu et Haute-Levée. Ce matin-là, bien peu de gens pensent que la course arrivera jusqu'au contrôle de ravitaillement de Vielsalm, situé à moins de six kilomètres du pied de la côte de Wanne.

Peu avant midi, la neige cesse enfin de tomber. L'atmosphère se réchauffe. La neige commence à fondre. L'espoir reprend. La Doyenne ne sera peut-être pas annulée faute de concurrents.

En début d'après-midi, les routes, gorgées de neige fondante, redeviennent presque praticables. La course a un énorme retard sur l'horaire le moins rapide. À Stavelot, vers 2 ou 3 heures de l'après-midi, sous des averses de neige fondante et de pluie, moins de trente rescapés de la bataille des Ardennes , se présentent au pied du monstre de Stockeu.

Le premier à surgir est Rudy Pevenage. Au pied de Stockeu, à 80 km de l'arrivée, il possède 2'15" d'avance sur ce qui reste d'un peloton à l'agonie. Dans le raidillon à 21 %, il zigzague et passe en tête. Derrière, Bernard Hinault (Renault-Gitane), le visage couvert par un bonnet de laine rouge passe ensuite devant moi, entraînant dans sa roue Henk Lubberding (Ti-Raleigh), Silvano Contini (Bianchi), Didi Thurau (Puch-Campagnolo-Sem) et un autre équipier de Lubberding, que je ne parviens pas à identifier.

Un peu plus loin, un drame se joue. Hennie Kuiper glisse sur le sol mouillé et accroche un autre concurrent. Il chute, se relève et passe à pied le raidillon. Il doit avoir perdu près d'une minute sur cet incident. Peut-être rate-t-il là l'occasion de s'accrocher aux basques d'Hinault. Il terminera deuxième à Liège (à 9'24" de Bernard Hinault), bien devant Contini (12ème à 12'35" ) et Lubberding (13ème à 16'03" ), deux coureurs qui pourtant vont passer bien avant lui au sommet de Stockeu.

En effet, quelques centaines de mètres plus haut, au sommet de Stockeu, alors que l'avance de Pevenage continue à fondre comme neige au soleil, Hinault, Lubberding et Contini basculent ensemble, ayant distancé Thurau de quelques dizaines de mètres. Dans la descente très rapide vers Stavelot, Thurau parvient encore à revenir sur Hinault, Lubberding et Contini. Mais, le pied de la Haute-Levée se présente déjà et ne permet aucune récupération. Au pied de cette difficulté, Pevenage ne compte plus que 30" d'avance sur le quatuor. Les premières centaines de mètres de la Haute-Levée lui sont fatales. Pevenage est aussitôt repris et ne terminera pas l'épreuve. Alors, sans vraiment démarrer, Bernard Hinault décroche un à un ses trois compagnons pour remporter en solitaire un des plus beaux Liège-Bastogne-Liège.




 hello:{}
Liège-Bastogne-Liège Espoirs : Classement
14.04.2012, 19:00 1
 
Liège-Bastogne-Liège Espoirs : Classement

Danemark, Glud & Marstrand, Michael Valgren Andersen, Belgique, Liège-Bastogne-Liège Espoirs, Classements, 1.2U
Sur le vélodrome d'Ans, Michael Valgren Andersen (Glud & Marstrand) a remporté ce samedi la "Doyenne" des classiques Liège-Bastogne-Liège, version Espoirs (1.2U), Il s'impose devant Ian Boswell (Bontrager Livestrong) et Joshua Berry (Etats-Unis). Le Danois succède au palmarès au Belge Tosh Van der Sande.

Classement :
1 Michael ANDERSEN GLU les 180,8 km en 04h35'48'' (moy. 39,333 km/h)
2 Ian BOSWELL BON 15  
3 Joshua BERRY USA 52  
4 Dieter BOUVRY EFC 58  
5 Jimmy TURGIS NOG 58  jap:{}  
6 Samuel SPOKES EFC 01:02  
7 Ethan KIMMINCE EFC 01:04  
8 Daan OLIVIER RB3 01:04  
9 Pierre-Henri LECUISINIER VEN 01:07  
10 Kristian DYRNES OST 01:07  
11 Jay McCarthy AUS 01:07  
12 Dimitri PEYSKENS ABU 01:07  
13 Petr VAKOC ETU 01:07  
14 Sander HELVEN OVY 01:07  
15 Gertjan DE VOS FUJ 01:10  
16 Warren BARGUIL ETU 02:02  
17 Axel DOMONT CHA 02:02  
18 Sean DE BIE OVY 02:40  
19 Gerry DRUYTS EFC 02:40  
20 Ludwig DE WINTER CHE 02:40  
21 Yann BOTREL ARM 02:40  
22 Tim WELLENS LOT 02:40  
23 Ruben ZEPUNKTE RB3 02:40  
24 Lawrence WARBASSE USA 02:40  
25 Laurent EVRARD FCW 02:40  
26 Frederik BACKAERT UST 02:40  
27 Axel GREMELPONT PCW 02:40  
28 Diego VAN LOOY FUJ 03:24  
29 Danny VAN POPPEL RB3 03:28  
30 Antoine DEMOITIE IDE 03:28  
31 Patrick CLAUSEN GLU 03:28  
32 Campbell FLAKEMORE AUS 03:28  
33 Jasper STUYVEN BON 03:28  
34 Thomas SPRENGERS LOT 03:28  
35 Dylan TEUNS JVB 03:28  
36 Antoine WARNIER UCS 03:28  
37 Bryan KOUWENBERGH ABU 03:28  
38 Thomas VANBESIEN LOT 03:28  
39 Bram VAN BROECKHOVEN APK 03:28  
40 Niels TOOTH MEL 03:28  
41 Frederik GALTA OST 03:28  
42 Jérémy CORNU VEN 03:28  
43 Lawson CRADDOCK BON 03:28  
44 Stig BROECKX LOT 04:53  
45 Kenzie BOUTTE SOE 10:24  
46 Gilles LONCIN EFC 10:24  
47 James ORAM BON 11:34  
48 Quentin BORCY CHE 11:34  
49 Moreno HOFLAND RB3 11:34  
50 Janis DAKTERIS PCW 11:34  
51 Jens VAN BIJLEN UST 11:34  
52 Daniel KLEMME WIE 11:34  
53 Jens WALLAYS EFC 11:34  
54 Phillip MUELLER WIE 11:34  
55 Brecht RUYTERS JVB 11:34  
56 Arnaud GEROMBOUX IDE 11:34  
57 Niels VANDYCK JVB 11:34  


n°628013
Pat Le Ret​our
Posté le 15-04-2012 à 22:51:14  profil
 

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}

LIEGE-BASTOGNE-LIEGE (Bel)

  VAINQUEUR 2ème 3ème
1894 Léon HOUA (Bel) RASQUINET NULLENS
1912 Omer VERSCHOORE (Bel) J.COOMANS A.BLAISE
1919 Léon DEVOS (Bel) H.HANLET A.CLAERHOUT
1920 Léon SCIEUR (Bel) L.BUYSSE J.COOMANS
1921 Louis MOTTIAT (Bel) M.LACOUR J.ROSSIUS
1922 Louis MOTTIAT (Bel) A.JORDENS L.SERET
1923 René VERMANDEL (Bel) J.ROSSIUS F.SELLIER
1924 René VERMANDEL (Bel) A.BENOIT J.MATTON
1930 Herman BUSE (Bel) G.LALOUP F.GARDIER
1931 Alfons SCHEPERS (Bel) M.HOUYOUX J.DESCHEPPER
1932 Marcel HOUYOUX (Bel) L.ROOSEMONT G.LAMBRECHTS
1933 François GARDIER (Bel) R.DEWOLF A.BOLLY
1934 Théo HERCKENRATH (Bel) M.CARDINAELS J.MOERENHOUT
1935 Alfons SCHEPERS (Bel) F.BONDUEL L.HARDIQUEST
1936 Albert BECKAERT (Bel) G.LEVAE K.HOREMANS
1937 Eloi MEULENBERG (Bel) G.DELOOR J.HEIMAERT
1938 Alfons DELOOR (Bel) M.KINT F.VERVAECKE
1939 Albert RITSERVELDT (Bel) C.VAN OVERBERGHE  E.VISSERS
1943 Richard DEPOORTER (Bel) J.DIDDEN S.OCKERS
1945 Jean ENGELS (Bel) E.VAN DICJK  J.MOERENHOUT
1946 Prosper DEPREDOMME (Bel) A.HENDRICKX T.VERSTRAETEN
1947 Richard DEPOORTER (Bel) R.IMPANIS F.MATHIEU
1948 Maurice MOLLIN (Bel) R.IMPANIS L.CAPUT
1949 Camille DANGUILLAUME (Fra) A.VERSCHUEREN R.GYSELINCK
1950 Prosper DEPREDOMME (Bel) J.BOGAERTS E.VAN DIJCK  
1951 Ferdi KÜBLER (Sui) G.DERIJCKE W.WAGTMANS
1952 Ferdi KÜBLER (Sui) H.VAN KERCKHOVE  J.ROBIC
1953 Aloïs DEN HERTOG (Bel) M.DIOT R.REMY
1954 Marcel ERNZER (Lux) R.IMPANIS F.KÜBLER
1955 Stan OCKERS (Bel) R.IMPANIS J.BRANCKAERT
1956 Fred DE BRUYNE (Bel) R.VAN GENECHTEN  A.CLOSE
1957 F.SCHOUBBEN (Bel) & G.DERIJCKE (Bel) - M.BUYSSE
1958 Fred DE BRUYNE (Bel) J.ZAGERS J.THEUNS
1959 Fred DE BRUYNE (Bel) F.SCHOUBBEN F.DE MULDER  
1960 A.GELDERMANS (Hol) P.EVERAERT Jo.PLANCKAERT
1961 Rik VAN LOOY (Bel) M.ROHRBACH A.DESMET
1962 Jos PLANCKAERT (Bel) R.WOLFSHOHL C.COLETTE
1963 Frans MELCKENBEECK (Bel) P.CERAMI V.ADORNI
1964 Willy BOCKLANT (Bel) G.VANCONINGSLOO V.ADORNI
1965 Carmine PREZIOSI (Ita) V.ADORNI M.VANDENBOSCHE
1966 Jacques ANQUETIL (Fra) V.VAN SCHIL  W.IN'T VEN  
1967 Walter GODEFROOT (Bel) E.MERCKX W.MONTY
1968 Valere VAN SWEEFELT (Bel) W.GODEFROOT R.POULIDOR
1969 jap:{}  Eddy MERCKX (Bel) V.VAN SCHIL  B.HOBAN
1970 Roger DE VLAEMINCK (Bel) F.VERBEECK E.MERCKX
1971 jap:{}  Eddy MERCKX (Bel) G.PINTENS F.VERBEECK
1972  jap:{} Eddy MERCKX (Bel) W.SCHEPERS H.VANSPRINGEL
1973 jap:{}  Eddy MERCKX (Bel) F.VERBEECK W.GODEFROOT
1974 Georges PINTENS (Bel) Wa.PLANCKAERT -
1975  jap:{} Eddy MERCKX (Bel) B.THEVENET W.GODEFROOT
1976 Joseph BRUYERE (Bel) F.MAERTENS F.VERBEECK
1977 Bernard HINAULT (Fra) A.DIERICKX D.THURAU
1978 Joseph BRUYERE (Bel) D.THURAU F.MOSER
1979 Dietrich THURAU (All) B.HINAULT D.WILLEMS
1980 Bernard HINAULT (Fra) H.KUIPER R.CLAES
1981 Jozef FUCHS (Sui) S.MUTTER -
1982 Sylvano CONTINI (Ita) F.DE WOLF  S.MUTTER
1983 Steven ROOKS (Hol) G.SARONNI P.ANDERSON
1984 Sean KELLY (Irl) P.ANDERSON G.LEMOND
1985 Moreno ARGENTIN (Ita) C.CRIQUELION S.ROCHE
1986 Moreno ARGENTIN (Ita) A.VAN DER POEL D.E.PEDERSEN
1987 Moreno ARGENTIN (Ita) S.ROCHE C.CRIQUELION
1988 Adrie VAN DER POEL (Hol) M.DERNIES R.MILLAR
1989 Sean KELLY (Irl) F.PHILIPPOT P.ANDERSON
1990 Erik VAN LANCKER (Bel) J.C.LECLERCQ S.ROOKS
1991 Moreno ARGENTIN (Ita) C.CRIQUELION R.SÖRENSEN
1992 Dirk DE WOLF (Bel) S.ROOKS J.F.BERNARD
1993 Rolf SÖRENSEN (Dk) T.ROMINGER M.FONDRIEST
1994 Evgeni BERZIN (Rus) L.ARMSTRONG G.FURLAN
1995 Mauro GIANETTI (Sui) G.BUGNO M.BARTOLI
1996 Pascal RICHARD (Sui) L.ARMSTRONG M.GIANETTI
1997 Michele BARTOLI (Ita) L.JALABERT G.COLOMBO
1998 Michele BARTOLI (Ita) L.JALABERT R.MASSI
1999 Franck VANDENBROUCKE (Bel) M.BOOGERD M.DEN BAKKER  
2000 Paolo BETTINI (Ita) D.ETXEBARRIA D.REBELLIN
2001 Oscar CAMENZIND (Sui) D.REBELLIN D.ETXEBARRIA
2002 Paolo BETTINI (Ita) S.GARZELLI I.BASSO
2003 Tyler HAMILTON (Usa) I.MAYO M.BOOGERD
2004 Davide REBELLIN (Ita) M.BOOGERD A.VINOKOUROV
2005 Alexandre VINOKOUROV (Kaz) J.VOIGT M.BOOGERD
2006 Alejandro VALVERDE (Esp) P.BETTINI D.CUNEGO
2007 Danilo DI LUCA (Ita) A.VALVERDE F.SCHLECK
2008 Alejandro VALVERDE (Esp) D.REBELLIN F.SCHLECK
2009 Andy SCHLECK (Lux) J.RODRIGUEZ D.REBELLIN
2010 Alexandre VINOKOUROV (Kaz) A.KOLOBNEV P.GILBERT
2011 Philippe GILBERT (Bel) F.SCHLECK A.SCHLECK



 hello:{}

n°628017
freelhassa​38
Posté le 15-04-2012 à 22:53:00  profil
 
n°628026
candice190​5
Posté le 15-04-2012 à 22:56:27  profil
 




:??:  impressionnant le palmares du drogué texan dans cette grande classique !   le vide sidéral !

whistle:{}


---------------
Mais quel abruti ce stron !


STRON :  " Non non, je ne me suis JAMAIS dopé ! "   * * * VIDEO * * *  :    http://www.lemonde.fr/sport/vi [...] _3242.html


It's time to pay now^^ ;-)
n°628027
Pat Le Ret​our
Posté le 15-04-2012 à 22:57:09  profil
 

candice1905 a écrit :




:??:  impressionnant le palmares du drogué texan dans cette grande classique !   le vide sidéral !

whistle:{}


 ;)  whistle:{}  :D  :D  :D

n°628048
candice190​5
Posté le 15-04-2012 à 23:07:25  profil
 


il doit avoir mal au poignet, il fait tout tout seul .....  lol:{}

 whistle:{}  :D

120415111748804849724208


---------------
Mais quel abruti ce stron !


STRON :  " Non non, je ne me suis JAMAIS dopé ! "   * * * VIDEO * * *  :    http://www.lemonde.fr/sport/vi [...] _3242.html


It's time to pay now^^ ;-)
n°628091
Pat Le Ret​our
Posté le 16-04-2012 à 20:06:00  profil
 

candice1905 a écrit :


il doit avoir mal au poignet, il fait tout tout seul .....  lol:{}

 whistle:{}  :D

[url]http://nsm05.casimages.com/img/2012/04/15//120415111748804849724208.jpg

[/URL]

 lol:{}  lol:{}  lol:{}

n°628094
Pat Le Ret​our
Posté le 16-04-2012 à 20:31:44  profil
 

hello:{}


Léon Houa est un coureur cycliste belge, né le 8 novembre 1867 à Liège et mort le 31 janvier 1918 à Bressoux.

En 1892 et 1893, il remporte les deux premières éditions de Liège-Bastogne-Liège. Exclu de la Ligue vélocipédique belge pour professionnalisme en 1893, il devient ensuite le premier cycliste professionnel reconnu en Belgique. En 1894, il gagne à nouveau Liège-Bastogne-Liège, alors ouvert aux professionnels, et le premier championnat de Belgique sur route professionnel.

n°628095
Pat Le Ret​our
Posté le 16-04-2012 à 20:35:12  profil
 

hello:{}


La Doyenne reste à Ans


L'arrivée de la "Doyenne" des classiques, Liège-Bastogne-Liège, aura lieu à Ans jusqu'en 2018, suivant la convention signée mardi entre les organisateurs (ASO) et les collectivités locales.

Cette convention fixe également l'arrivée de la Flèche Wallonne à Huy pour les six prochaines années.

Dès 2013, les départs de la Flèche Wallonne seront organisés en alternance dans les différentes provinces wallonnes: Binche en 2013, dans la province du Luxembourg en 2014, de Liège en 2015, de Namur en 2016 et dans le Brabant wallon en 2017.

Cette année (22 avril), la "Doyenne" sera longue de 257,5 kilomètres et comprendra onze difficultés répertoriées. Avec, dans la partie finale, La Redoute (km 223), la Roche aux Faucons (km 238) et Saint-Nicolas (km 252) avant de rejoindre les hauteurs d'Ans.

Quatre jours plus tôt (18 avril), le parcours de la Flèche Wallonne comprendra l'ascension de la côte d'Amay, oubliée depuis 2007, à 14,5 kilomètres de l'arrivée qui sera jugée au sommet du mur de Huy, escaladé au total à trois reprises.



n°628099
Pat Le Ret​our
Posté le 16-04-2012 à 20:54:27  profil
 

hello:{}


“Frank Vandenbroucke aurait dû devenir le plus grand depuis Eddy Merckx”. Cette phrase exprime toute l’impression de gâchis qu’a laissé l’enfant terrible du cyclisme Belge. La carrière d’un prodige est marquée par des hauts et des bas, atteignant plus ou moins des proportions immenses. Liège-Bastogne-Liège 1999 est pour VDB, ce qu’est l’étape des Deux-Alpes à Marco Pantani. Son triomphe le plus marquant, le plus prestigieux, mélangeant la beauté du geste et de la démesure. Son démarrage sur la côte de Saint Nicolas, sur le 53×16 et sa vitesse de jambes déroutante est le moment le plus intense de sa carrière, comme l’ont été démarrage de Pantani dans le Galibier ou le regard en arrière d’Armstrong envers Jan Ullrich dans l’Alpe d’Huez en 2001.

“Je voulais une victoire magistrale” clamait-il. VDB a donc méticuleusement préparé son affaire. Les dernières semaines, il avait reconnu à trois reprises le final de l’épreuve et avait revu à plusieurs reprises les vidéos de la fin de course. VDB avait la condition physique de sa vie, il a terminé 2éme du Tour des Flandres en chutant deux fois dans le final. Il voulait donc le matériel le plus performant qu’il soit, « une formule 1 » comme il le disait. Son vélo Giant pesait moins de 7kg, il était d’une rigidité incroyable mais tellement fragile, son utilisation ne pouvait pas dépasser les 500km. Ses pneus étaient également très fragiles, facilement crevables mais offrait un rendement exceptionnel. Un matériel qu’il avait spécialement acheté pour l’occasion.

Michele Bartoli, son grand rival, ne voyait pas d’un bon œil l’émergence du Belge. Les deux chasseurs de classiques étaient dans l’équipe Mapei en 1998. Le départ de VDB n’avait pas été apprécié par tout le monde dans la grande formation Italienne, qui entendait bien couper l’élan du Belge. Quand Bartoli démarre la première fois dans la Redoute, VDB réagit de suite et le lâche avec une facilité déconcertante. Mais il ne prolonge pas son effort, car il voulait un succès de la manière dont il l’a décrit.

La veille, il a promis qu’il gagnerait à toute l’équipe, il a gagné. VDB avait une confiance en lui absolu, ceci a souvent été jugé pour de la prétention. VDB avait prévu son attaque à un endroit précis à 700m du sommet de la côte de Saint-Nicolas. VDB avait lâché à Francis Van Londersele. “Regarde, c’est là que je vais attaquer dimanche et pas ailleurs.” Il l’a fait, de la même manière qu’il l’avait annoncé. La prophétie s’est réalisée sous nos yeux. Les dirigeants Cofidis restent sans voix. A 6km du but, Boogerd attaque. “Je l’ai laissé prendre 10 à 15 mètres exprès et je suis revenu sur lui seul pour l’attaquer là où je l’avais dit soit à 5,3km de l’arrivée. Rien ne pouvait plus m’arrêter”. Rien ne semblait pouvoir l’arrêter et pourtant…

 

n°628100
Pat Le Ret​our
Posté le 16-04-2012 à 21:05:41  profil
 

hello:{}


Liège-Bastogne-Liège 1971 : Le coup de poker d’Eddy Merckx.





Ce matin du dimanche 25 avril 1971, « Le cannibale » Edouard Louis Joseph Merckx, plus connu sous le nom d’Eddy Merckx, était très attendu. Battu au Tour des Flandres, battu à Gand-Wevelgem, battu encore à Paris-Roubaix et absent à la Flèche Wallone, il lui fallait faire quelque chose sur la Doyenne, Liège-Bastogne-Liège.
« Le public est bizarre : si je gagne trop souvent, on me lasse ; si je fais trois courses sans gagner, on parle de déclin. »
Mais journalistes et spectateurs n’avaient en tête que sa défaite au Tour des Flandres et celle de Paris-Roubaix, malgré les cinq crevaison. Sa démonstration au Tour de Belgique n’avait guère retenu l’attention.

Un scénario inattendu

Pluie, froid glacial et brouillard étaient au rendez-vous. Merckx qui avait mis deux maillots (le maillot Molteni au-dessus du maillot de champion de Belgique) et de gros gants de laine a été contraint de changer de selle à quelques minutes du départ car un « furoncle mal placé » le gênait.
Dès le départ de la course, « le cannibale » demande à ses équipiers de durcir celle-ci et d’assurer un train rapide. C’est dans la cote de Wanne que les choses sérieuses commencent, les côtes se succèdent sans répit.
« Liège-Bastogne-Liège, avec son itinéraire actuel, est la course la plus sévère et la plus exigeante du calendrier » déclarait le champion de Belgique au départ.
Merckx accélère une première fois dans cette côte mais sans attaquer, il préfère attendre la suivante pour juger de la résistance de ses adversaires. Au pied du Skockeu, il demande à son équipier Joseph Bruyère de tout donner avant d’attaquer lui même, et au sommet, Merckx se retrouve seul. Personne n’a pu le suivre, même pas Roger De Vlaeminck, autre grand favori de la cette épreuve. Il était maintenant trop tard pour reculer, se laisser rejoindre renforcerait la confiance de ses rivaux. Mais il reste 90 kilomètres avant Rocourt !

Des erreurs de courses

Même si Merckx réalisait qu’il commettait sa première erreur ce jour là, il n’avait pour objectif que de revenir sur Yves Hézard et Joseph Spruyt, tout deux échappés dès les premiers kilomètres, et distancer le peloton morcelé et sidéré. Une vingtaine de kilomètres plus tard, il parvient à rejoindre les deux fuyards mais ne reste qu’avec eux quelques minutes avant de repartir en solitaire. Deuxième erreur de la journée pour Merckx car malgré sa longue échappée, Spruyt avait encore du « jus » et aurait pu l’aider encore longtemps. Mais « le cannibale » voulait faire mieux et se présenter seul à Rocourt.
À trente kilomètres de l’arrivée, Merckx avait cinq minutes d’avance sur le peloton mais il connut alors une grosse défaillance. C’est dans la souffrance qu’il franchit le Mont Theux, mais au même moment, dans le peloton, sortait Georges Pintens qui revenait comme « une fusée » sur le champion de Belgique. Ce dernier comprit qu’il allait se faire reprendre, alors il tenta quelque chose : passer la côte pavée du Thiers en tête et puis attendre son rival.

Un véritable coup de poker

Merckx a pris un gros risque, mais il savait ce qu’il faisait. Il fallait tenir jusqu’au là, mais sans puiser dans les réserves afin de ne pas être asphyxié au moment du retour de Pintens. Après la dernière côte, il a encore quelques secondes d’avance et en profite pour manger deux sandwichs et attend Pintens. Lorsqu’il l’aperçut, Merckx a relancé sa machine afin d’accrocher son poursuivant. Il réussit ! Il savait que c’était gagné car il restait trois kilomètres et demi et les jambes étaient revenues. Bien calé dans la roue de Pintens, Merckx, qui refusait de prendre le relais pour ne pas se faire surprendre, arrivait dans un fauteuil à Rocourt. Sur le vélodrome, Pintens a bien tentait sa chance au sprint, mais « le cannibale » déborde sans problème son adversaire à l’entrée de l’avant-dernier virage pour remporter sa deuxième Doyenne.
« Jamais je n’ai autant souffert. Trop présomptueux, j’ai attaqué à cent kilomètres de l’arrivée. Mais cette victoire forgée dans la défaillance, m’a finalement apporté une grande joie : la sympathie du public. Inutile de vous dire que c’est la course la plus difficile de toute ma carrière, c’est peut-être aussi l’une de mes plus belles victoires finalement. » a déclaré Eddy Merckx quelques temps après avoir mis fin à sa carrière.

Merckx, qui avait connu des ennuis intestinaux quatre jours avant la course, a tout simplement surestimé ses forces ce jour là. Mais « le cannibale » restera dans la légende de Liège-Bastogne-Liège puisque, encore à ce jour, il reste le seul coureur à avoir remporté à cinq reprises cette course. jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}




n°628134
Joelahyene
- haut, - loin, - fort !
Posté le 17-04-2012 à 13:31:07  profil
 

[/url]

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}


Liège-Bastogne-Liège 1971 : Le coup de poker d’Eddy Merckx.





Ce matin du dimanche 25 avril 1971, « Le cannibale » Edouard Louis Joseph Merckx, plus connu sous le nom d’Eddy Merckx, était très attendu. Battu au Tour des Flandres, battu à Gand-Wevelgem, battu encore à Paris-Roubaix et absent à la Flèche Wallone, il lui fallait faire quelque chose sur la Doyenne, Liège-Bastogne-Liège.
« Le public est bizarre : si je gagne trop souvent, on me lasse ; si je fais trois courses sans gagner, on parle de déclin. »
Mais journalistes et spectateurs n’avaient en tête que sa défaite au Tour des Flandres et celle de Paris-Roubaix, malgré les cinq crevaison. Sa démonstration au Tour de Belgique n’avait guère retenu l’attention.

Un scénario inattendu

Pluie, froid glacial et brouillard étaient au rendez-vous. Merckx qui avait mis deux maillots (le maillot Molteni au-dessus du maillot de champion de Belgique) et de gros gants de laine a été contraint de changer de selle à quelques minutes du départ car un « furoncle mal placé » le gênait.
Dès le départ de la course, « le cannibale » demande à ses équipiers de durcir celle-ci et d’assurer un train rapide. C’est dans la cote de Wanne que les choses sérieuses commencent, les côtes se succèdent sans répit.
« Liège-Bastogne-Liège, avec son itinéraire actuel, est la course la plus sévère et la plus exigeante du calendrier » déclarait le champion de Belgique au départ.
Merckx accélère une première fois dans cette côte mais sans attaquer, il préfère attendre la suivante pour juger de la résistance de ses adversaires. Au pied du Skockeu, il demande à son équipier Joseph Bruyère de tout donner avant d’attaquer lui même, et au sommet, Merckx se retrouve seul. Personne n’a pu le suivre, même pas Roger De Vlaeminck, autre grand favori de la cette épreuve. Il était maintenant trop tard pour reculer, se laisser rejoindre renforcerait la confiance de ses rivaux. Mais il reste 90 kilomètres avant Rocourt !

Des erreurs de courses

Même si Merckx réalisait qu’il commettait sa première erreur ce jour là, il n’avait pour objectif que de revenir sur Yves Hézard et Joseph Spruyt, tout deux échappés dès les premiers kilomètres, et distancer le peloton morcelé et sidéré. Une vingtaine de kilomètres plus tard, il parvient à rejoindre les deux fuyards mais ne reste qu’avec eux quelques minutes avant de repartir en solitaire. Deuxième erreur de la journée pour Merckx car malgré sa longue échappée, Spruyt avait encore du « jus » et aurait pu l’aider encore longtemps. Mais « le cannibale » voulait faire mieux et se présenter seul à Rocourt.
À trente kilomètres de l’arrivée, Merckx avait cinq minutes d’avance sur le peloton mais il connut alors une grosse défaillance. C’est dans la souffrance qu’il franchit le Mont Theux, mais au même moment, dans le peloton, sortait Georges Pintens qui revenait comme « une fusée » sur le champion de Belgique. Ce dernier comprit qu’il allait se faire reprendre, alors il tenta quelque chose : passer la côte pavée du Thiers en tête et puis attendre son rival.

Un véritable coup de poker

Merckx a pris un gros risque, mais il savait ce qu’il faisait. Il fallait tenir jusqu’au là, mais sans puiser dans les réserves afin de ne pas être asphyxié au moment du retour de Pintens. Après la dernière côte, il a encore quelques secondes d’avance et en profite pour manger deux sandwichs et attend Pintens. Lorsqu’il l’aperçut, Merckx a relancé sa machine afin d’accrocher son poursuivant. Il réussit ! Il savait que c’était gagné car il restait trois kilomètres et demi et les jambes étaient revenues. Bien calé dans la roue de Pintens, Merckx, qui refusait de prendre le relais pour ne pas se faire surprendre, arrivait dans un fauteuil à Rocourt. Sur le vélodrome, Pintens a bien tentait sa chance au sprint, mais « le cannibale » déborde sans problème son adversaire à l’entrée de l’avant-dernier virage pour remporter sa deuxième Doyenne.
« Jamais je n’ai autant souffert. Trop présomptueux, j’ai attaqué à cent kilomètres de l’arrivée. Mais cette victoire forgée dans la défaillance, m’a finalement apporté une grande joie : la sympathie du public. Inutile de vous dire que c’est la course la plus difficile de toute ma carrière, c’est peut-être aussi l’une de mes plus belles victoires finalement. » a déclaré Eddy Merckx quelques temps après avoir mis fin à sa carrière.

Merckx, qui avait connu des ennuis intestinaux quatre jours avant la course, a tout simplement surestimé ses forces ce jour là. Mais « le cannibale » restera dans la légende de Liège-Bastogne-Liège puisque, encore à ce jour, il reste le seul coureur à avoir remporté à cinq reprises cette course. jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}






http://www.cyclismactu.net/lire.php?id=1581

Un "oubli" dû sans doute à l'âge ...


---------------
« Je suis un gaucher contrariant. C'est plus fort que moi. Il faut que j'emmerde les droitiers. »
[ Pierre Desproges ]
n°628144
Pat Le Ret​our
Posté le 17-04-2012 à 15:43:51  profil
 

hello:{}


Les 18 équipes suivantes ont été sélectionnées conformément au règlement de l’Union
Cycliste Internationale :
AG2R LA MONDIALE (FRA)
ASTANA PRO TEAM (KAZ)
BMC RACING TEAM (USA)
EUSKALTEL – EUSKADI (ESP)
FDJ-BIGMAT (FRA)
GARMIN-BARRACUDA (USA)
GREENEDGE CYCLING TEAM (AUS)
KATUSHA TEAM (RUS)
LAMPRE – ISD (ITA)
LIQUIGAS-CANNONDALE (ITA)
LOTTO BELISOL TEAM (BEL)
MOVISTAR TEAM (ESP)
OMEGA PHARMA-QUICKSTEP (BEL)
RABOBANK CYCLING TEAM (NED)
RADIOSHACK-NISSAN (LUX)
SKY PRO CYCLING (GBR)
TEAM SAXO BANK (DEN)
VACANSOLEIL-DCM PRO CYCLING TEAM (NED)

7 autres équipes, invitées par les organisateurs, complèteront le plateau de Liège-Bastogne-
Liège 2012 :

ACCENT JOBS – WILLEMS VERANDA’S (BEL)
LANDBOUWKREDIET (BEL)
PROJECT 1T4I (NED)
SAUR – SOJASUN (FRA)
TEAM EUROPCAR (FRA)
TEAM TYPE 1 – SANOFI (USA)
TOPSPORT VLAANDEREN – MERCATOR (BEL)

n°628164
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 17-04-2012 à 19:55:47  profil
 

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}


Liège-Bastogne-Liège 1971 : Le coup de poker d’Eddy Merckx.





Ce matin du dimanche 25 avril 1971, « Le cannibale » Edouard Louis Joseph Merckx, plus connu sous le nom d’Eddy Merckx, était très attendu. Battu au Tour des Flandres, battu à Gand-Wevelgem, battu encore à Paris-Roubaix et absent à la Flèche Wallone, il lui fallait faire quelque chose sur la Doyenne, Liège-Bastogne-Liège.
« Le public est bizarre : si je gagne trop souvent, on me lasse ; si je fais trois courses sans gagner, on parle de déclin. »
Mais journalistes et spectateurs n’avaient en tête que sa défaite au Tour des Flandres et celle de Paris-Roubaix, malgré les cinq crevaison. Sa démonstration au Tour de Belgique n’avait guère retenu l’attention.

Un scénario inattendu

Pluie, froid glacial et brouillard étaient au rendez-vous. Merckx qui avait mis deux maillots (le maillot Molteni au-dessus du maillot de champion de Belgique) et de gros gants de laine a été contraint de changer de selle à quelques minutes du départ car un « furoncle mal placé » le gênait.
Dès le départ de la course, « le cannibale » demande à ses équipiers de durcir celle-ci et d’assurer un train rapide. C’est dans la cote de Wanne que les choses sérieuses commencent, les côtes se succèdent sans répit.
« Liège-Bastogne-Liège, avec son itinéraire actuel, est la course la plus sévère et la plus exigeante du calendrier » déclarait le champion de Belgique au départ.
Merckx accélère une première fois dans cette côte mais sans attaquer, il préfère attendre la suivante pour juger de la résistance de ses adversaires. Au pied du Skockeu, il demande à son équipier Joseph Bruyère de tout donner avant d’attaquer lui même, et au sommet, Merckx se retrouve seul. Personne n’a pu le suivre, même pas Roger De Vlaeminck, autre grand favori de la cette épreuve. Il était maintenant trop tard pour reculer, se laisser rejoindre renforcerait la confiance de ses rivaux. Mais il reste 90 kilomètres avant Rocourt !

Des erreurs de courses

Même si Merckx réalisait qu’il commettait sa première erreur ce jour là, il n’avait pour objectif que de revenir sur Yves Hézard et Joseph Spruyt, tout deux échappés dès les premiers kilomètres, et distancer le peloton morcelé et sidéré. Une vingtaine de kilomètres plus tard, il parvient à rejoindre les deux fuyards mais ne reste qu’avec eux quelques minutes avant de repartir en solitaire. Deuxième erreur de la journée pour Merckx car malgré sa longue échappée, Spruyt avait encore du « jus » et aurait pu l’aider encore longtemps. Mais « le cannibale » voulait faire mieux et se présenter seul à Rocourt.
À trente kilomètres de l’arrivée, Merckx avait cinq minutes d’avance sur le peloton mais il connut alors une grosse défaillance. C’est dans la souffrance qu’il franchit le Mont Theux, mais au même moment, dans le peloton, sortait Georges Pintens qui revenait comme « une fusée » sur le champion de Belgique. Ce dernier comprit qu’il allait se faire reprendre, alors il tenta quelque chose : passer la côte pavée du Thiers en tête et puis attendre son rival.

Un véritable coup de poker

Merckx a pris un gros risque, mais il savait ce qu’il faisait. Il fallait tenir jusqu’au là, mais sans puiser dans les réserves afin de ne pas être asphyxié au moment du retour de Pintens. Après la dernière côte, il a encore quelques secondes d’avance et en profite pour manger deux sandwichs et attend Pintens. Lorsqu’il l’aperçut, Merckx a relancé sa machine afin d’accrocher son poursuivant. Il réussit ! Il savait que c’était gagné car il restait trois kilomètres et demi et les jambes étaient revenues. Bien calé dans la roue de Pintens, Merckx, qui refusait de prendre le relais pour ne pas se faire surprendre, arrivait dans un fauteuil à Rocourt. Sur le vélodrome, Pintens a bien tentait sa chance au sprint, mais « le cannibale » déborde sans problème son adversaire à l’entrée de l’avant-dernier virage pour remporter sa deuxième Doyenne.
« Jamais je n’ai autant souffert. Trop présomptueux, j’ai attaqué à cent kilomètres de l’arrivée. Mais cette victoire forgée dans la défaillance, m’a finalement apporté une grande joie : la sympathie du public. Inutile de vous dire que c’est la course la plus difficile de toute ma carrière, c’est peut-être aussi l’une de mes plus belles victoires finalement. » a déclaré Eddy Merckx quelques temps après avoir mis fin à sa carrière.

Merckx, qui avait connu des ennuis intestinaux quatre jours avant la course, a tout simplement surestimé ses forces ce jour là. Mais « le cannibale » restera dans la légende de Liège-Bastogne-Liège puisque, encore à ce jour, il reste le seul coureur à avoir remporté à cinq reprises cette course. jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}  jap:{}







 hello:{}

une vidéo de LBL 1971
Ce jour là, un victoire difficile pour le cannibale, acquise dans la souffrance et qui nous montra combien un grand champion savait parfois souffrir plus que les autres.

http://www.youtube.com/watch?v=0sPZ_BxiNE8

n°628185
Pat Le Ret​our
Posté le 18-04-2012 à 16:55:55  profil
 

Toucampa a écrit :



 hello:{}

une vidéo de LBL 1971
Ce jour là, un victoire difficile pour le cannibale, acquise dans la souffrance et qui nous montra combien un grand champion savait parfois souffrir plus que les autres.

http://www.youtube.com/watch?v=0sPZ_BxiNE8


 hello:{}

Danke.

n°628230
Pat Le Ret​our
Posté le 18-04-2012 à 22:51:53  profil
 

hello:{}

n°628312
Pat Le Ret​our
Posté le 20-04-2012 à 15:57:59  profil
 

hello:{}

. 3 - Le nombre d'anciens vainqueurs de l'épreuve qui seront au départ dimanche. Il s'agit de Philippe Gilbert (2011), Alejandro Valverde (2006, 2008) et Andy Schleck (2009).
. 5 - Comme pour la plupart des classiques, Eddy Merckx est le recordman absolu des victoires dans Liège-Bastogne-Liège. Le plus grand coureur de l'histoire s'est imposé à cinq reprises dans la Doyenne en l'espace de six ans (1969, 71, 72, 73 et 75). Derrière l'intouchable belge, on trouve l'Italien Moreno Argentin, grand spécialiste des Ardennaises et vainqueur à quatre reprises, entre 1985 et 1991. Les Belges Léon Houa, Alphonse Schepers et Alfred De Bruyne comptent eux trois succès à leur palmarès.

. 5 - Moins bien que Paris-Roubaix ou Milan-San Remo, mais tout de même un peu mieux que le Tour des Flandres. Tel est le bilan français dans la Doyenne des classiques. La France compte cinq succès à Liège. A l'exception d'André Trousselier en 1908, toutes les victoires tricolores ont été obtenues après-guerre. Camille Danguillaume, vainqueur en 1949, précéda Jacques Anquetil, qui remporta en 1966 à Liège la seule grande classique de sa carrière. Vint ensuite, et enfin, Bernard Hinault, sacré en 1977 et 1980. Il est l'unique coureur français à avoir triompher deux fois des collines ardennaises. Depuis, plus rien.

. 6 - Depuis 2010, Philippe Gilbert n'a jamais terminé plus bas que la sixième place sur les Ardennaises. Le Liégeois a remporté l'Amstel Gold Race en 2010 et 2011 avant de finir 6e cette année. Sur la Flèche Wallonne, il compte une victoire (2011), un podium (3e en 2012) et une 6e place (2010). Enfin, à Liège, il s'est imposé l'an dernier, un an après sa troisième place.

. 8 - Depuis la création de l'épreuve en 1892, seuls huit coureurs sont parvenus à s'imposer au moins deux fois de suite. La riche histoire de Liège-Bastogne-Liège comprend trois triplés historiques: celui de Léon Houa d'abord, vainqueur des trois premières éditions entre 1892 et 1894. Il a ensuite fallu attendre plus de trois quarts de siècle pour voir Eddy Merckx réaliser à son tour un triplé mémorable (1971,72 et 73), en plein coeur du "Merckxisme", tant le Belge dominait alors son sport. Le dernier à avoir accompli cet exploit est Moreno Argentin, sacré en 1985, 86 et 87. Mottiat (1921-22), Vermandel (1923-24), Kubler (1951-52), De Bruyne (1958-59) et Bartoli (1996-97) se sont eux imposés deux fois consécutivement. Gilbert, tenant du titre, peut faire partie de ce club dimanche soir.

. 11 - Le nombre de cote officiellement au programme de cette édition 2012. La première sera la côte de La Roche-en-Ardenne, au kilomètre 70. Il y en aura quatre dans les 50 derniers kilomètres: le Mont Theux (Km 208), la côte de La Redoute (Km 223), la côte de La Roche aux Faucons (Km 238), et enfin la côte de Saint-Nicolas, à cinq kilomètres de l'arrivée (Km 252).

. 14 - Voilà 14 ans qu'un coureur français n'a plus figuré sur le podium de Liège-Bastogne-Liège. En 1998, Laurent Jalabert, comme l'année précédente, avait terminé à la deuxième place derrière Michele Bartoli. Depuis, plus rien. Laurent Roux, en 1999, avait fini 5e. Le dernier top 5 tricolore.

. 58 - La Belgique apparait très largement en tête au nombre de victoire par nations. 58 succès pour nos voisins belges, soit deux tiers des victoires. Entre 1892 et 1949, deux éditions seulement leur ont échappé: en 1908 et 1930, années où le Français André Trousselier et l'Allemand Buse Herman l'ont emporté. L'Italie arrive en deuxième position mais loin, très loin derrière avec douze succès. Cela dit, les transalpins ont remporté six des quinze dernières éditions, via Michele Bartoli, Paolo Bettini, Davide Rebellin et Danilo Di Luca. La victoire de Philippe Gilbert, l'an passé, avait mis fin à douze années d'une disette historique pour les Belges.

. 1998 - Mauvaise nouvelle pour Philippe Gilbert et pour la Belgique. Non seulement aucun coureur n'a réussi à s'imposer deux fois de suite depuis l'Italien Michele Bartoli en 1997 et 1998. Mais, plus surprenant, depuis le doublé de l'Italien, aucun pays n'a remporté la Doyenne deux années de rang. Un cas unique dans les grandes classiques au XXIe siècle.

n°628322
papanelan
Posté le 20-04-2012 à 18:19:21  profil
 

Citation:

Bartoli (1996-97) se sont eux imposés deux fois consécutivement.


Citation:

s'imposer deux fois de suite depuis l'Italien Michele Bartoli en 1997 et 1998


 ouch:{}  aureliealban:4

Dis donc, Pat, il n'y aurait pas comme un pb dans ton laïus ?

n°628336
Pat Le Ret​our
Posté le 20-04-2012 à 22:33:04  profil
 

papanelan a écrit :

Citation:

Bartoli (1996-97) se sont eux imposés deux fois consécutivement.


Citation:

s'imposer deux fois de suite depuis l'Italien Michele Bartoli en 1997 et 1998


 ouch:{}  aureliealban:4

Dis donc, Pat, il n'y aurait pas comme un pb dans ton laïus ?



 hello:{}

Sorry,en 1996,Pascal Richard.
Michele Bartoli 1997.1998.
...Enfin,c'était pour voir s'il y avait encore des connaisseurs sur ce "pseudo"forum Cycliste... lol:{}  lol:{}  lol:{}
...Mais je vais tout de meme vérifier mes SOURCES dont je ne revèle le nom ;)  whistle:{}  :D  :D  :D

n°628343
Pat Le Ret​our
Posté le 20-04-2012 à 23:12:31  profil
 



 hello:{} pour certain...


L'AFFAIRE ANQUETIL DANS LIEGE-BASTOGNE-LIEGE

La dernière édition de Liège-Bastogne-Liège, remportée par Danilo Di Luca, a été décevante : tous les favoris ont grimpé la redoutable côte de la Redoute sans bouger le petit doigt. Mais où était donc le panache ? Cela m’a remis en mémoire l’exploit de Jacques Anquetil, en 1966, il avait alors  32 ans.

Ce jour là, maître Jacques, plutôt avare dans les efforts inutiles, fit une éclatante démonstration en lâchant tous ses rivaux dans la côte de mont Theux, à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée. Sous son maillot Ford, le visage très émacié, Anquetil qui s’était testé quelques jours avant dans la Flèche Wallonne, fonça dans son style de poursuiteur sans se poser de question. 4'53'' d’avance au final sur Victor Van Schil. Godefroot, Dancelli, Motta, Altig, Gimondi, vainqueur quelques jours avant de Paris-Roubaix et Paris-Bruxelles, étaient tous battus ! Au passage on remarquait à la 9e place un jeune belge au nom prometteur : Eddy Merckx !

Il avait fallu 13 ans d’attente avant d’assister -enfin- à la première victoire d’Anquetil dans une grande classique, alors qu’il dominait toutes les courses à étapes. Mais à l’arrivée Anquetil feignit de ne pas connaître la loi antidopage belge, qui venait d’être mise en application depuis un an, et fut menacé d’être mis hors course et de perdre sa victoire. C’était le début de l’application des contrôles antidopage qui, comme aujourd’hui, secouèrent fortement le monde du cyclisme.

À Vélo Magazine, on le sait, nous luttons pour un cyclisme propre, sans hypocrisie. Mais je ne résiste pas à vous livrer cette déclaration de Jacques Anquetil juste après sa victoire à Liège. J’y vois un clin d’œil à « l’affaire Puerto » où de nombreux sportifs sont impliqués, mais sans que l’on sache leur identité : « Pourquoi les cyclistes d’abord ? Le monde et même pas seulement le monde sportif est plein de gens dopés. Pourquoi tout ce bruit sur les seuls coureurs cyclistes » disait maître Jacques. Les temps n’ont, hélas, pas changé, à moins que l’affaire Puerto nous livre tous ses secrets...

n°628361
Pat Le Ret​our
Posté le 21-04-2012 à 15:57:22  profil
 


Forum CYCLISME.... hello:{}

n°628368
Pat Le Ret​our
Posté le 21-04-2012 à 17:40:18  profil
 

hello:{}


L’année dernière, l’exercice de numérologie était simplissime. 1er sur la Flèche Brabançonne, l’Amstel Gold Race et la Flèche Wallonne, Philippe Gilbert avait terminé… 1er de Liège-Bastogne-Liège !

Les temps ont changé, la disette de succès du numéro 1 mondial 2011 a secoué la Belgique, mais la comptabilité redonne espoir au pays à deux jours de la Doyenne des classiques. La série ardennaise de Phil Gil a modestement débuté par une 12ème place, puis la 6ème avec la manière à Valkenburg, et surtout la 3ème place au sommet du Mur de Huy hier. La tendance est naturellement encourageante, spécialement lorsque l’irrésistible vainqueur de la Flèche, Joaquim Rodriguez, évalue lui-même ses chances à la baisse sur la dernière des classiques belges. Dans le monde du bluff, tout reste possible pour l’Espagnol, qui est déjà allé chercher la 2ème place de la course en 2009.

Au-delà du match Gilbert-Rodriguez, les renseignements pris sur les courses de la semaine peuvent être interprétées de façon équivoque. Ainsi, le manque de tranchant des frères Schleck ne suffit pas à les exclure des débats, la réflexion étant également valable pour les déçus du clan espagnol, comme Valverde et Anton. Par ailleurs, s’il est rarissime que le vainqueur de Liège commette des impasses dans sa campagne ardennaise, les favoris de dimanche ne se trouvent pas uniquement dans le classement de la Flèche Wallonne : Simon Gerrans (6ème en 2009) a pris une dimension supérieure depuis sa victoire sur Milan-San Remo, tandis que Damiano Cunego est allé s’imposer sur une étape du Tour de Trentin au moment où ses collègues bataillaient dans le Mur de Huy. Enfin, les mathématiques peuvent aussi s’ajouter à l’inspiration souvent payante de Thomas Voeckler, vainqueur de la Flèche Brabançonne et 5ème de l’Amstel Gold Race.    

n°628371
Pat Le Ret​our
Posté le 21-04-2012 à 20:49:43  profil
 

hello:{}

n°628406
Pat Le Ret​our
Posté le 21-04-2012 à 22:45:13  profil
 

hello:{}


A demain hello:{}

n°628417
Pat Le Ret​our
Posté le 22-04-2012 à 11:12:07  profil
 

hello:{}

n°628426
alainsouch​et11
Posté le 22-04-2012 à 15:45:04  profil
 

Je remercie france télévision qui préfère nous diffuser du tennis (non prévu au programme)que de nous faire vivre liège bastogne liège(vers 16h10,la course est pratiquement finie)pas non plus de helk vok.Ilpouvais diffuser le tennis sur france 4 par exemple,mais non le vélo à part le tour de france et encore.ils ferais mieux de prendre exemple sur la rtbf(ou la brt)qui nous font voir bien plus longtemps les épreuves cyclistes (tous).Et quand il diffuse au moment le plus interressant ou la course se décide PUB.Bravo,après on s'étonne que les français ne gagnent pas de grandes courses.ET ENCORE BRAVO A FRANCE TELEVISION!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

n°628428
Pat Le Ret​our
Posté le 22-04-2012 à 15:49:55  profil
 

alainsouchet11 a écrit :

Je remercie france télévision qui préfère nous diffuser du tennis (non prévu au programme)que de nous faire vivre liège bastogne liège(vers 16h10,la course est pratiquement finie)pas non plus de helk vok.Ilpouvais diffuser le tennis sur france 4 par exemple,mais non le vélo à part le tour de france et encore.ils ferais mieux de prendre exemple sur la rtbf(ou la brt)qui nous font voir bien plus longtemps les épreuves cyclistes (tous).Et quand il diffuse au moment le plus interressant ou la course se décide PUB.Bravo,après on s'étonne que les français ne gagnent pas de grandes courses.ET ENCORE BRAVO A FRANCE TELEVISION!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


 hello:{}

...Merci à Eurosports in Deutsh jap:{}  jap:{}  jap:{}

n°628430
alainsouch​et11
Posté le 22-04-2012 à 15:53:19  profil
 

Et oui en payant bien sûr,moi je trouve qu'on paie déjà assez(redevence)

n°628431
Pat Le Ret​our
Posté le 22-04-2012 à 15:58:38  profil
 

alainsouchet11 a écrit :

Et oui en payant bien sûr,moi je trouve qu'on paie déjà assez(redevence)




 non:{}  non:{} ...une parabole à installer soi-meme sans aucun denier à verser....

n°628435
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 22-04-2012 à 16:39:17  profil
 

alainsouchet11 a écrit :

Je remercie france télévision qui préfère nous diffuser du tennis (non prévu au programme)que de nous faire vivre liège bastogne liège(vers 16h10,la course est pratiquement finie)pas non plus de helk vok.Ilpouvais diffuser le tennis sur france 4 par exemple,mais non le vélo à part le tour de france et encore.ils ferais mieux de prendre exemple sur la rtbf(ou la brt)qui nous font voir bien plus longtemps les épreuves cyclistes (tous).Et quand il diffuse au moment le plus interressant ou la course se décide PUB.Bravo,après on s'étonne que les français ne gagnent pas de grandes courses.ET ENCORE BRAVO A FRANCE TELEVISION!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Avec les commentaires avisés et saoûlants de Thierry ADAM qui nous aura appris aujourd'hui que les coureurs placaient des brandilles...
Encore une perle de plus dans la musette  lol:{}

n°628443
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 22-04-2012 à 17:30:03  profil
 

1ers résultats
Maxim Iglinskiy (Astana) gagne devant Vincenzo Nibali (Liquigas) et Enrico Gasparotto (Astana). Thomas Voeckler (Europcar) échoue au pied du podium.
Belle place néanmoins pour le chouchou de Frontosa  ;)


Message édité par Toucampa le 22-04-2012 à 17:31:04
n°628452
candice190​5
Posté le 22-04-2012 à 18:14:13  profil
 

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}

. 3


. 5 -


. 6 -

. 8 -

. 11 -

. 14 -

. 58 -




tu as oublié le chiffre 0, representant le nombre de victoires dans LBL par le roi de la dope qui aurait tant voulu gagner une grande classique de cette envergure  lol:{}

 hello:{}


Message édité par candice1905 le 22-04-2012 à 18:15:00

---------------
Mais quel abruti ce stron !


STRON :  " Non non, je ne me suis JAMAIS dopé ! "   * * * VIDEO * * *  :    http://www.lemonde.fr/sport/vi [...] _3242.html


It's time to pay now^^ ;-)
n°628466
Pat Le Ret​our
Posté le 22-04-2012 à 18:41:24  profil
 


 lol:{}  lol:{}  lol:{}


Classement:
1. IGLINSKIY Maxim ASTANA PRO TEAM 6h 43' 52"
2. NIBALI Vincenzo LIQUIGAS-CANNONDALE + 00' 21"
3. GASPAROTTO Enrico ASTANA PRO TEAM + 00' 36"
4. VOECKLER Thomas TEAM EUROPCAR + 00' 36"
5. MARTIN Daniel GARMIN - BARRACUDA + 00' 36"
6. MOLLEMA Bauke RABOBANK CYCLING TEAM + 00' 36"
7. SANCHEZ Samuel EUSKALTEL - EUSKADI + 00' 36"
8. SCARPONI Michele LAMPRE - ISD + 00' 36"
9. HESJEDAL Ryder GARMIN - BARRACUDA + 00' 36"
10. VANENDERT Jelle LOTTO-BELISOL TEAM + 00' 36"
11. NOCENTINI Rinaldo AG2R LA MONDIALE + 00' 36"
12. ROLLAND Pierre TEAM EUROPCAR + 00' 36"
13. MORENO FERNANDEZ Daniel KATUSHA TEAM + 00' 36"
14. KISERLOVSKI Robert ASTANA PRO TEAM + 00' 36"
15. RODRIGUEZ OLIVER Joaquin KATUSHA TEAM + 01' 00"
16. GILBERT Philippe BMC RACING TEAM + 01' 27"
17. COSTA Rui Alberto MOVISTAR TEAM + 02' 11"
18. SIMON Julien SAUR-SOJASUN + 02' 11"
19. GERRANS Simon GREENEDGE CYCLING TEAM + 02' 11"
20. NORDHAUG Lars-Peter SKY PROCYCLING + 02' 11"
21. VICHOT Arthur FDJ-BIGMAT + 02' 11"
22. HOOGERLAND Johnny VACANSOLEIL-DCM + 02' 11"
23. SCHLECK Frank RADIOSHACK-NISSAN + 02' 11"
24. FREIRE Oscar KATUSHA TEAM + 02' 11"
25. KROON Karsten TEAM SAXO BANK + 02' 11"
26. SANTAMBROGIO Mauro BMC RACING TEAM + 02' 11"
27. MONFORT Maxime RADIOSHACK-NISSAN + 02' 11"
28. DEVENYNS Dries OMEGA PHARMA-QUICK STEP + 02' 11"
29. HENAO MONTOYA Sergio Luis SKY PROCYCLING + 02' 11"
30. SERRY Pieter TOPSPORT VLAANDEREN-MERCATOR + 02' 11"
31. SORENSEN Chris Anker TEAM SAXO BANK + 02' 11"
32. TROFIMOV Yury KATUSHA TEAM + 02' 11"
33. VAUGRENARD Benoît FDJ-BIGMAT + 02' 11"
34. FEDRIGO Pierrick FDJ-BIGMAT + 02' 11"
35. CUNEGO Damiano LAMPRE - ISD + 02' 11"
36. LÖVKVIST Thomas SKY PROCYCLING + 02' 11"
37. VAN DEN BROECK Jurgen LOTTO-BELISOL TEAM + 02' 19"
38. PIETROPOLLI Daniele LAMPRE - ISD + 05' 05"
39. MARINO Jean Marc SAUR-SOJASUN + 05' 05"
40. KIRYIENKA Vasil MOVISTAR TEAM + 05' 27"
41. CUSIN Rémy TEAM TYPE 1-SANOFI + 05' 27"
42. CHEREL Mikael AG2R LA MONDIALE + 05' 39"
43. ARMEE Sander TOPSPORT VLAANDEREN-MERCATOR + 05' 39"
44. NERZ Dominik LIQUIGAS-CANNONDALE + 05' 39"
45. DE GREEF Francis LOTTO-BELISOL TEAM + 05' 39"
46. SORENSEN Nicki TEAM SAXO BANK + 05' 39"
47. HOWES Alex GARMIN - BARRACUDA + 05' 39"
48. LE MEVEL Christophe GARMIN - BARRACUDA + 05' 39"
49. DE WAELE Bert LANDBOUWKREDIET-EUPHONY + 05' 39"
50. SCHLECK Andy RADIOSHACK-NISSAN + 05' 39"
51. DUPONT Hubert AG2R LA MONDIALE + 05' 39"
52. WEGMANN Fabian GARMIN - BARRACUDA + 05' 39"
53. GENIEZ Alexandre TEAM ARGOS-SHIMANO + 05' 39"
54. STETINA Peter GARMIN - BARRACUDA + 05' 39"
55. CARUSO Damiano LIQUIGAS-CANNONDALE + 05' 39"
56. PATERSKI Maciej LIQUIGAS-CANNONDALE + 05' 39"
57. GESINK Robert RABOBANK CYCLING TEAM + 05' 39"
58. BAKELANTS Jan RADIOSHACK-NISSAN + 05' 39"
59. DE WEERT Kevin OMEGA PHARMA-QUICK STEP + 05' 39"
60. MOSER Moreno LIQUIGAS-CANNONDALE + 05' 39"
61. VAN GARDEREN Tejay BMC RACING TEAM + 05' 39"
62. CHRISTENSEN Mads TEAM SAXO BANK + 05' 39"
63. TEN DAM Laurens RABOBANK CYCLING TEAM + 05' 39"
64. SANCHEZ Luis-Leon RABOBANK CYCLING TEAM + 05' 39"
65. VISCONTI Giovanni MOVISTAR TEAM + 05' 45"
66. BELLEMAKERS Dirk LANDBOUWKREDIET-EUPHONY + 07' 29"
67. PAUWELS Serge OMEGA PHARMA-QUICK STEP + 07' 29"
68. COMMEYNE Davy LANDBOUWKREDIET-EUPHONY + 08' 22"
69. NIEVE ITURRALDE Mikel EUSKALTEL - EUSKADI + 08' 22"
70. MARTINEZ Egoi EUSKALTEL - EUSKADI + 08' 22"
71. JEROME Vincent TEAM EUROPCAR + 08' 28"
72. LE LAY David SAUR-SOJASUN + 08' 30"
73. VAN AVERMAET Greg BMC RACING TEAM + 08' 54"
74. MORI Manuele LAMPRE - ISD + 08' 54"
75. ALBASINI Michael GREENEDGE CYCLING TEAM + 08' 54"
76. POELS Wouter VACANSOLEIL-DCM + 08' 54"
77. FEILLU Brice SAUR-SOJASUN + 08' 54"
78. ULISSI Diego LAMPRE - ISD + 08' 54"
79. VICIOSO Angel KATUSHA TEAM + 11' 04"
80. CATALDO Dario OMEGA PHARMA-QUICK STEP + 11' 04"
81. RUIJGH Rob VACANSOLEIL-DCM + 12' 18"
82. MARTENS Paul RABOBANK CYCLING TEAM + 12' 18"
83. MARCZYNSKI Tomasz VACANSOLEIL-DCM + 12' 18"
84. VAN HECKE Preben TOPSPORT VLAANDEREN-MERCATOR + 12' 18"
85. ISTA Kevin ACCENT JOBS-VERANDA’S WILLEMS + 12' 18"
86. DELAPLACE Anthony SAUR-SOJASUN + 12' 18"
87. ROY Jérémy FDJ-BIGMAT + 12' 18"
88. BAZZANA Alessandro TEAM TYPE 1-SANOFI + 12' 18"
89. CARRARA Matteo VACANSOLEIL-DCM + 12' 18"
90. KRUIJSWIJK Steven RABOBANK CYCLING TEAM + 12' 18"
91. SPRICK Matthieu TEAM ARGOS-SHIMANO + 12' 18"
92. PIRES Bruno TEAM SAXO BANK + 12' 18"
93. FRÖHLINGER Johannes TEAM ARGOS-SHIMANO + 12' 18"
94. BERTOGLIATI Rubens TEAM TYPE 1-SANOFI + 12' 18"
95. LAENGEN Vegard Stake TEAM TYPE 1-SANOFI + 12' 18"
96. SICARD Romain EUSKALTEL - EUSKADI + 12' 18"
97. GRIVKO Andriy ASTANA PRO TEAM + 12' 18"
98. FLORENCIO CABRE Xavier KATUSHA TEAM + 12' 18"
99. LAGUTIN Sergey VACANSOLEIL-DCM + 12' 18"
100. ZANDIO Xabier SKY PROCYCLING + 12' 18"
101. ERVITI Imanol MOVISTAR TEAM + 12' 18"
102. FOFONOV Dmitriy ASTANA PRO TEAM + 12' 18"
103. PETROV Evgeni ASTANA PRO TEAM + 12' 18"
104. MEIER Christian GREENEDGE CYCLING TEAM + 12' 18"
105. ROCHE Nicolas AG2R LA MONDIALE + 12' 18"
106. GAUTIER Cyril TEAM EUROPCAR + 12' 18"
107. STORTONI Simone LAMPRE - ISD + 12' 18"
108. PUCCIO Salvatore SKY PROCYCLING + 12' 18"
109. JEANDESBOZ Fabrice SAUR-SOJASUN + 12' 18"
110. IMPEY Daryl GREENEDGE CYCLING TEAM + 12' 50"
111. DEVOLDER Stijn VACANSOLEIL-DCM + 12' 54"
112. CLARKE Simon GREENEDGE CYCLING TEAM + 14' 31"
113. VANENDERT DENNIS LOTTO-BELISOL TEAM

n°628552
Pat Le Ret​our
Posté le 22-04-2012 à 23:14:56  profil
 

hello:{}

n°628560
code9622
Posté le 23-04-2012 à 09:22:22  profil
 

amis sportifs bonjour

j'ai regardé les 15 derniers kilometres.... C'était génial !  Nibali échoue de peu !  Bravo a Voeckler et Rolland qui ont fait une très belle couse

 Page :   1  2
Page Précédente

Aller à :
   FORUM Sport » Cyclisme »

LIEGE-BASTOGNE-LIEGE