voir le site
Profitez du Tour de France pour poster sur ce forum consacré au cyclisme vos remarques ou vos questions aux journalistes de France télévisions qui commentent en direct cette épreuve mythique. Certaines de vos questions auront des réponses à l'antenne pendant la durée du Tour, du 2 au 24 juillet. Bien sûr, ce forum est là aussi pour vous permettre de dialoguer entre passionnés de la petite reine et de partager vos analyses, vos émotions, vos enthousiasmes ou vos déceptions.



  Accueil de ce forum  Rechercher  Aide  Charte
 
Mon inscription
Je m'inscris
 

1 utilisateur anonyme et 110 utilisateurs inconnus

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  176  177  178  ..  197  198  199  200  201  202
Auteur Sujet :

Et les anciens?

n°624878
papanelan
Posté le 06-03-2012 à 10:38:18  profil
 

Reprise du message précédent :

Joelahyene a écrit :

Maurice de Muer n'est plus

Maurice de Muer, ancien coureur et directeur sportif de deux vainqueurs du Tour de France, l'Espagnol Luis Ocana et le Français Bernard Thévenet, est décédé ce week-end, à 90 ans.

[url]http://www.lequipe.fr/Cyclisme/

[/url]

Je viens de voir qu'il habitait à Seillans, où je suis déjà passé de de mes périgrinations cyclistes dans le Var !

 jap:{}

n°624887
pipiou2
Posté le 06-03-2012 à 14:45:54  profil
 

papanelan a écrit :



Je viens de voir qu'il habitait à Seillans, où je suis déjà passé de de mes périgrinations cyclistes dans le Var !

 jap:{}



DD ?

n°624890
papanelan
Posté le 06-03-2012 à 15:41:28  profil
 



 ouch:{} Damned !

Un "lors" qui s'est transformé en "de" !!


n°624894
pipiou2
Posté le 06-03-2012 à 17:14:58  profil
 

papanelan a écrit :



 ouch:{} Damned !

Un "lors" qui s'est transformé en "de" !!





C'est Jacques ?

n°624913
papanelan
Posté le 06-03-2012 à 18:21:17  profil
 

pipiou2 a écrit :



C'est Jacques ?



Ce qui expliquerait la coquille !

n°624960
Pat Le Ret​our
Posté le 06-03-2012 à 19:23:43  profil
 



...le père du hamster aux 35 heures ??? whistle:{}  :D  :D  :D

n°624981
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 06-03-2012 à 20:16:15  profil
 

hello:{}

De Muer mort à Seillan en Mars, on peut dire qu'il est mort en Hérault. ange:{}  jap:{}


---------------
http://frontosanimo.blog4ever. [...] 07330.html
n°624983
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 06-03-2012 à 20:19:56  profil
 

frontosa49 a écrit :

hello:{}

De Muer mort à Seillan en Mars, on peut dire qu'il est mort en Hérault. ange:{}  jap:{}


 hello:{}

il est parti rejoindre Luis pour refaire l'étape Grenoble Orcières Merlette  bounce:{}  bounce:{}  bounce:{}

n°624986
papanelan
Posté le 06-03-2012 à 20:45:51  profil
 

frontosa49 a écrit :

hello:{}

De Muer mort à Seillan en Mars, on peut dire qu'il est mort en Hérault. ange:{}  jap:{}



 anonyme34:2  anonyme34:2

n°625014
Pat Le Ret​our
Posté le 06-03-2012 à 21:14:42  profil
 

Pat Le Retour a écrit :



...le père du hamster aux 35 heures ??? whistle:{}  :D  :D  :D


 hello:{}

n°625062
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 07-03-2012 à 08:05:18  profil
 
n°625070
papanelan
Posté le 07-03-2012 à 09:33:01  profil
 
n°625119
Pat Le Ret​our
Posté le 07-03-2012 à 17:05:58  profil
 
n°625128
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 07-03-2012 à 19:21:16  profil
 
n°625137
Pat Le Ret​our
Posté le 07-03-2012 à 21:02:52  profil
 

frontosa49 a écrit :



Tu as sommeille Pat  ??



....sommeille... lol:{}  lol:{}  lol:{}

n°625169
frontosa49
un ennemi sera un jour mon ami
Posté le 08-03-2012 à 11:47:06  profil
 

hello:{}

1980
120308115352310526

Sallanche 1980
120308115537114320

Fondriest 1988
12030811563821113



120308115744192421


---------------
http://frontosanimo.blog4ever. [...] 07330.html
n°625327
papanelan
Posté le 10-03-2012 à 15:14:30  profil
 

frontosa49 a écrit :

hello:{}

1

Fondriest 1988
12030811563821113






Le coureur en bleu, casque rouge, c'est un doublé ???

 aureliealban:4

n°625328
Pat Le Ret​our
Posté le 10-03-2012 à 15:25:35  profil
 

hello:{}

..Bauer déclassé pour avoir fait chuter Criquelion...
2ème :Martial Gayant
3ème:Juan Fernandes

n°625330
papanelan
Posté le 10-03-2012 à 15:36:51  profil
 

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}

..Bauer déclassé pour avoir fait chuter Criquelion...
2ème :Martial Gayant
3ème:Juan Fernandes



 hello:{}

Il me semblait bien avoir reconnu le maillot canadien,  mais cette péripétié navrante m'était sortie de la mémoire !

n°625416
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 11-03-2012 à 09:37:58  profil
 

papanelan a écrit :



 hello:{}

Il me semblait bien avoir reconnu le maillot canadien,  mais cette péripétié navrante m'était sortie de la mémoire !



pourrais-tu m'aider à identifier ce duo et à dater l'édition du Barracchi ?

12031109450775930

n°625427
papanelan
Posté le 11-03-2012 à 10:49:24  profil
 

Toucampa a écrit :



pourrais-tu m'aider à identifier ce duo et à dater l'édition du Barracchi ?

[url]http://nsa22.casimages.com/img/2012/03/11/12031109450775930.jpg

[/URL]

1962, avec Jacques Anquetil en permanence "sur le porte-bagage" de Rudi Altig !

n°625429
sacha303
Posté le 11-03-2012 à 11:05:07  profil
 

Toucampa a écrit :



pourrais-tu m'aider à identifier ce duo et à dater l'édition du Barracchi ?

[url]http://nsa22.casimages.com/img/2012/03/11/12031109450775930.jpg

[/URL]

Pourrais-tu m'aider à identifier la taille de chaussure de cette amazone ?  pt1cable:{}
12031109450775930

n°625434
Joelahyene
- haut, - loin, - fort !
Posté le 11-03-2012 à 12:21:16  profil
 

Toucampa a écrit :



pourrais-tu m'aider à identifier ce duo et à dater l'édition du Barracchi ?

[url]http://nsa22.casimages.com/img/2012/03/11/12031109450775930.jpg

[/URL]

Ou le Tro bo Léon ?


---------------
« Je suis un gaucher contrariant. C'est plus fort que moi. Il faut que j'emmerde les droitiers. »
[ Pierre Desproges ]
n°625446
Pat Le Ret​our
Posté le 11-03-2012 à 14:43:04  profil
 

papanelan a écrit :



 hello:{}

Il me semblait bien avoir reconnu le maillot canadien,  mais cette péripétié navrante m'était sortie de la mémoire !



...péripétié... lol:{}  lol:{}  lol:{}

n°625456
papanelan
Posté le 11-03-2012 à 15:27:07  profil
 

Pat Le Retour a écrit :



...péripétié... lol:{}  lol:{}  lol:{}



Du Canadien, j'ai pris l'accent !

 lol:{}

n°625583
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 13-03-2012 à 20:21:35  profil
 

chacun connait ici mon admiration pour le cannibale...
mais ce 8 juillet 1971 à Orcières Merllette, quelle fabuleuse étape Ocana nous fit ce jour là. jap:{}  jap:{}  jap:{}
Un étape de légende où Luis fut extraordinaire  ange:{}
Incroyable en revoyant ces images de découvrir un Ocana déchainé bien au dessus du lot, larguant ses 3 compagnons d'échappée : Van Impe, Zoetemelk et Agostinho. Et derrière un Merckx mal en point ce jour là, à l'ouvrage mais récupérant néanmoins en route Zoetemelk et Ago, et en trainant pendant 110 kms un groupe de sansgues sur son porte bagages sweat:{}


http://www.ina.fr/sport/cyclis [...] pe.fr.html

l'arrivée d'Eddy et son hommage à Luis

http://www.ina.fr/sport/cyclis [...] te.fr.html

Message cité 1 fois
Message édité par Toucampa le 13-03-2012 à 20:41:15
n°625588
Pat Le Ret​our
Posté le 13-03-2012 à 22:17:15  profil
 

Toucampa a écrit :

chacun connait ici mon admiration pour le cannibale...
mais ce 8 juillet 1971 à Orcières Merllette, quelle fabuleuse étape Ocana nous fit ce jour là. jap:{}  jap:{}  jap:{}
Un étape de légende où Luis fut extraordinaire  ange:{}
Incroyable en revoyant ces images de découvrir un Ocana déchainé bien au dessus du lot, larguant ses 3 compagnons d'échappée : Van Impe, Zoetemelk et Agostinho. Et derrière un Merckx mal en point ce jour là, à l'ouvrage mais récupérant néanmoins en route Zoetemelk et Ago, et en trainant pendant 110 kms un groupe de sansgues sur son porte bagages sweat:{}


http://www.ina.fr/sport/cyclis [...] pe.fr.html

l'arrivée d'Eddy et son hommage à Luis

http://www.ina.fr/sport/cyclis [...] te.fr.html




 hello:{} ...en trainant sur 110 kms...ne serais-tu PAT médisant.... lol:{}  lol:{}  lol:{}

n°625597
papanelan
Posté le 13-03-2012 à 23:21:31  profil
 

Pat Le Retour a écrit :




 hello:{} ...en trainant sur 110 kms...ne serais-tu PAT médisant.... lol:{}  lol:{}  lol:{}



Si j'en crois la photo mise plus haut par Sacha 303, on peut aussi "pousser" quelqu'un sur son  porte-bagages !

n°625611
Pat Le Ret​our
Posté le 14-03-2012 à 17:13:04  profil
 

hello:{}

 non:{}  non:{} l'expression Cycliste est:avoir quelqu'un sur son porte-bagages hello:{}

n°625636
papanelan
Posté le 14-03-2012 à 19:00:56  profil
 

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}

 non:{}  non:{} l'expression Cycliste est:avoir quelqu'un sur son porte-bagages hello:{}



Expression plus porteuse, émanant de qq qui a du bagage !


n°625726
Toucampa
A l'impossible, nul n'est tenu
Posté le 15-03-2012 à 20:45:05  profil
 

Pat Le Retour a écrit :

hello:{}


En 1950, l'Italien Fausto Coppi remporte Paris-Roubaix en se jouant des purs spécialistes des classiques pavées, les Flahutes.

 
 Mais que venait faire Fausto Coppi dans cette galère ? Que pouvait bien espérer ce "goéland des cimes", ce parfait esthète du macadam, en venant défier, dans leur jardin, des Flahutes rompus aux us et coutumes des bourbiers glauques et nauséabonds du nord de la France, dans une épreuve aussi atypique que Paris-Roubaix, en cette année 1950 ? Véritable héros d'une saison 1949 qui l'a vu ensorceler puis éclabousser de sa classe éblouissante partenaires et adversaires lors du Giro et de la Grande Boucle, le Campionissimo aurait très bien pu se permettre d'éviter pareil écueil machiavélique. En outre, sa première expérience, en 1949, aurait dû lui signifier qu'une ballerine ne se mue pas ainsi impunément en rockeuse patentée. A l'issue d'un Enfer du Nord dont l'arrivée fut un pur chef d'œuvre de fantaisie alliant le rocambolesque au burlesque, Fausto Coppi fut d'une transparence et d'une impuissance telle que les suiveurs et organisateurs en demeurèrent muets de convenance.

Finalement, seule la victoire conjointe, mais très controversée, de son frère Cerce, au détriment du seul André Mahé, aura permis aux préposés des communiqués de course de s'attarder sur le patronyme emblématique et adulé au-delà des massifs alpins. Initialement peu enclin à renouveler une expérience dont il n'avait tiré aucun profit révélateur quant à ses prédispositions à battre le pavé, le coureur de Castellania aura en outre la stupeur d'essuyer les foudres d'une presse peu amène envers un homme, selon eux, incapable et inapte à contrecarrer les assauts incessants des martyres invétérés des chemins de traverse. Malgré cet ouragan, ce déferlement de désaveux collégiaux qui aurait sans aucun doute anéanti pour le compte les prétentions et ambitions du plus entêté des kamikazes de l'inénarrable Hirohito, le tout frais émoulu champion du monde de poursuite, lui, s'imprégna à l'inverse de ce déchaînement unanime, de ce plébiscite contraire pour se blinder bien au-delà de la désuète motivation et s'offrir un défi digne à ériger, si besoin était, plus haut, plus inaccessible encore, une domination implacable car totale.

En cette année 50, Paris-Roubaix s'est mis sur son 31 et s'est affublé de son habit du dimanche. Tout le Gotha s'est donné rendez-vous pour démontrer, par les faits plus que par les palabres, que tout Fausto Coppi qu'il était, la frêle gazelle n'était pas la bienvenue au pays des besogneux cantonniers du pavé. Sont en effet présents, entre autres, le flamboyant Rik 1er, lauréat deux ans plus tôt et héros malheureux d'une récente Primavera remportée, malgré sa position d'archi-favori, par Gino le Pieux, l'Italien Fiorenzo Magni, la terreur des Flandres auteur d'un hat-trick qui le consacrera premier Lion des Flandres et le Boulanger de Saint-Méen à l'aube d'une carrière qu'on lui prédisait à l'époque prometteuse. Toutefois, il serait hasardeux voire suicidaire de ne pas mentionner le contingent français, riche des Maurice Diot, André Mahé bien entendu, ou Charles Coste, particulièrement remonté par la misérable farce dont fut victime André Mahé, un an auparavant. Les conditions météorologiques s'avèrent exécrables et le plafond nuageux semble épouser les cimes des habitations lors du départ de Saint-Denis.

En outre, une pluie diluvienne s'est invitée aux festivités, ce qui laisse augurer une bataille de tous les instants, âpre et incertaine. Le début de course est abordé prudemment par des hommes déjà trempés jusqu'aux os. Rien de bien conséquent pour soulever les foules, si ce n'est les démarrages intempestifs mais rapidement annihilés du Belge Frans Gielen ou du Français Edouard Fachlietner, tous deux avides de reconnaissance. Le peloton contrôle les moindres velléités offensives et les hommes de Van Steenbergen ou de Diot et Mahé cadenassent ce dernier, tout le moins jusqu'à l'ascension de l'incontournable côte de Doullens, rampe de lancement originelle des hostilités. Dès son apparition les muscles tressaillent d'impatience et les choses s'accélèrent sous la houlette de Jacques-Jésus Moujica, le bien nommé. Le Français de Villaréal, un moment seul aux avant-postes, voit soudain un grand escogriffe lui chatouiller la roue arrière puis le happer tel un vulgaire vermisseau.

Le Campionissimo vient tout simplement de placer sa première banderille. Reçu, apparemment cinq sur cinq, l'Italien franchit le sommet de la difficulté flanqué d'une demi-douzaine de survivants, parmi lesquels Magni et Mahé mais dont, ô surprise, Rik Van Steenbergen se trouvait exclu. L'Anversois, atteint dans son orgueil, mettra plusieurs kilomètres pour résorber son amertume et colmater la brèche. Le coureur aux plus de mille victoires réintégrera finalement, en compagnie d'une quinzaine de coursiers, le groupe de tête. Sur la route menant les fuyards vers Arras, l'Italien Gino Sciardis, accompagné du bouffeur de pavés autochtone Maurice Diot, prend à son tour la poudre d'escampette. Derrière, la poursuite s'engage mais le ravitaillement vient malencontreusement troubler le bon ordonnancement de celle-ci. C'est alors que Fausto Coppi tente un coup de poker osé sous la forme d'un "grillage en règle" du poste aux agapes.

En tête de colonne, il abandonne sa musette aux mains de son mécanicien éberlué et place un démarrage du feu de dieu qui le propulse une centaine de mètres devant le groupe d'une vingtaine d'unités, un temps perplexe, puis furibard de s'être laissé ainsi piégé. Et quand le coureur de la Bianchi se poste ainsi résolument en tête d'une épreuve, il est extrêmement ardu voire irréalisable de ne serait-ce que subodorer venir lui taquiner de nouveau le boyau arrière. Lancé alors à vive allure, Fausto Coppi ne tarde pas à rejoindre Sciardis et Diot qui, un soupçon songeur, se laisse glisser dans le sillage du métronome transalpin. Celui-ci enroule avec une aisance déconcertante un développement de 52x15 qui ne tarde pas à écoeurer ses deux compères. Le premier à sauter est son compatriote de Popciena, incapable de suivre le train d'enfer imprimé par le belliqueux champion d'Italie. Maurice Diot, quant à lui, entretient l'illusion en s'accrochant tant bien que mal à la locomotive bleue. Le râblé "Titi Parisien" tente même de temps en temps de se porter en tête pour esquisser un relais à la machine roulante. Ce qui a pour effet immédiat de faire sortir de ses gonds un "Tonin" Magne toujours aussi exubérant. Pensez donc !

Alors que le patron des Mercier, malin comme un ouistiti, échafaude minutieusement la possibilité d'un hypothétique mais non irréalisable retour de son leader Van Steenbergen en tête de la course, voilà que son plus fidèle lieutenant se retrouve pris en flagrant délit de haute trahison. Fausto Coppi, insensible aux atermoiements du Français et sevré des manigances du sorcier qui gesticule dans son dos, décide alors d'abandonner Diot à son triste sort. L'Italien n'éprouve même pas le besoin de placer une attaque tranchante et décisive, il s'autorise tout simplement une longue et insidieuse accélération qui désarçonne définitivement un Maurice Diot ivre de fatigue. A moins de 50 bornes de Roubaix, le Campionissimo apparaît désormais seul au monde. Derrière, c'est l'hallali pour tous les rescapés. Rik Van Steenbergen tente bien de sauver l'essentiel mais en pure perte. Le moral n'y est plus et l'aide que pourrait recevoir le Belge s'avère pour le moins hésitante, pour ne pas dire nulle. Au rendez-vous de Wattignies, Maurice Diot, toujours en chasse-patate, parvient, à force de volonté et de courage à conserver son honorable deuxième place au dépens du duo Fiorenzo Magni et Charles Coste, qu'il précède d'environ trois minutes. Quant à Gino Sciardis, il navigue à vue du peloton cinq minutes derrière l'homme de tête.

A 20 bornes de Roubaix, la messe est dite. Fausto Coppi file grand train vers son premier triomphe dans l'Enfer du Nord. En effet, personne ne reverra le Campionissimo, pas même lors de la traditionnelle douche salvatrice de la troisième mi-temps, car le bonhomme est pressé et, dès la ligne franchie, il s'engouffre dans un véhicule, direction Côme, pour une réunion sur piste prévue le lendemain... et qu'il remportera. Derrière, c'est un Maurice Diot hilare et déchaîné qui coupera la ligne un peu moins de trois minutes derrière l'intouchable. Cette place de dauphin suffit amplement au bonheur du Bourguignon d'adoption. Dès sa descente de monture, Diot se fend d'un : "j'ai gagné Paris-Roubaix. Coppi est hors concours...". Ce qui démontre ainsi et de manière formelle l'implacable et colossale domination du Campionissimo sur la reine des classiques. Les avis, à l'arrivée, sont unanimes. De Charles Pélissier, venu en voisin, à Rik Van Steenbergen, adversaire privilégié du Piémontais outrageusement dominé, tous louent l'exploit de l'Italien, sa mainmise sur la course et son aisance, sa faculté à déborder puis atomiser ses adversaires même les plus récalcitrants. Par cet acte de bravoure et de panache, le Campionissimo vient de clouer le bec à jamais à tous ses détracteurs, et ce n'est pas le moindre de ses exploits.

Michel Crepel




j'ai retrouvé la vidéo  bounce:{}

http://www.youtube.com/watch?v [...] creen&NR=1

n°625761
Joelahyene
- haut, - loin, - fort !
Posté le 16-03-2012 à 08:19:44  profil
 



Sans dérailleur ... et illustré au point de vue sonore par "Comme d'habitude".


---------------
« Je suis un gaucher contrariant. C'est plus fort que moi. Il faut que j'emmerde les droitiers. »
[ Pierre Desproges ]
n°625765
papanelan
Posté le 16-03-2012 à 09:48:17  profil
 

Joelahyene a écrit :



Sans dérailleur ... et illustré au point de vue sonore par "Comme d'habitude".




....avec "Lindberg", pour finir !

Message cité 1 fois
Message édité par papanelan le 16-03-2012 à 09:49:28
n°625784
braquasse
Posté le 16-03-2012 à 14:28:10  profil
 
n°625809
braquasse
Posté le 16-03-2012 à 18:22:38  profil
 

braquasse a écrit :


 jap:{}
[url]http://www.youtube.com/watch?v=ipCx472SjMM&feature=related

[/url]
 jap:{}  jap:{}
http://www.youtube.com/watch?v [...] re=related

n°625848
braquasse
Posté le 17-03-2012 à 10:19:34  profil
 

braquasse a écrit :


 jap:{}  jap:{}
[url]http://www.youtube.com/watch?v=ZVrgGWrOong&feature=related

[/url]
Perez-Frances 1957 TDF (au centre)
1247111232436perezdn

n°625849
papanelan
Posté le 17-03-2012 à 10:41:49  profil
 

braquasse a écrit :


Perez-Frances 1957 TDF (au centre)
[url]http://imagenes.publico.es/resources/archivos/2009/7/9/1247111232436perezdn.jpg

[/url]

Slt Braquasse !   hello:{}

Euh....un TDF 1957 avec des équipes de marque, ça m'étonnerait fort !   non:{}

De plus, c'est Gimondi qui mène ; au TDF 1957,  il avait 14 ans et demi.

Quant au Poupou en 1957, je n'en parle même pas !


Message édité par papanelan le 17-03-2012 à 10:44:29
n°625853
Pat Le Ret​our
Posté le 17-03-2012 à 11:21:21  profil
 

braquasse a écrit :


Perez-Frances 1957 TDF (au centre)
[url]http://imagenes.publico.es/resources/archivos/2009/7/9/1247111232436perezdn.jpg

[/url]
 hello:{}

 non:{} il doit s'agir du Tour de France 1965.
Classement final:Felice Gimondi

Raymond Poulidor à 2'40"

Gianni Motta à 9'18

....6ème:José Perez Francès à 13'15"

S'agissant de Perez Francès,à noter son exploit solitaire dans les Pyrénées de  223 kms dans l'étape Ax les Thermes-Barcelone(240 kms) avec une moyenne de 34.688... jap:{} devant Georges Vandenbergue(à 4'23" )et Victor Van Schill(à 4'35" ).

n°625860
braquasse
Posté le 17-03-2012 à 12:14:54  profil
 

braquasse a écrit :


Perez-Frances 1957 TDF (au centre)
 sweat:{} ben heu c'était ce qu'il y avait marqué sur le site... c'est vrai que j'aurai du  m'apercevoir qu'il y avait Gimondi...méa culpa

Message cité 1 fois
Message édité par braquasse le 17-03-2012 à 12:17:16
n°625863
Joelahyene
- haut, - loin, - fort !
Posté le 17-03-2012 à 13:07:50  profil
 

braquasse a écrit :

braquasse a écrit :


Perez-Frances 1957 TDF (au centre)
 sweat:{} ben heu c'était ce qu'il y avait marqué sur le site... c'est vrai que j'aurai du  m'apercevoir qu'il y avait Gimondi...méa culpa



Dans l'étape mémorable de Barcelone, Perez-Frances avait fini dans le peloton avec un tour d'avance sur le circuit final qui était celui de Montjuich.

[url]http://boutique.ina.fr/video/CAF97084892/tour-de-france-ax-les-thermes-barcelone-11eme-etape.fr.html

[/url]


---------------
« Je suis un gaucher contrariant. C'est plus fort que moi. Il faut que j'emmerde les droitiers. »
[ Pierre Desproges ]
n°625894
bellafranc​a
Posté le 17-03-2012 à 20:28:15  profil
 

bettiniphoto_0089157_1_full_600
Regardez, j'ai retrouvé le cousin de Michel Blanc!

 Page :   1  2  3  4  5  ..  176  177  178  ..  197  198  199  200  201  202

Aller à :